Retour à l'accueil

Galerie photos

The dark side of Joan Jett

Joan Jett


Mis en ligne le 12/09/2015, entièrement refait le 16/04/2018 (et c'était pas du luxe !)






Mise à jour de la mise à jour du 10/10/2017 : Joan Jett joue principalement du punk rock teinté de glam rock. Bien qu'elle ait aussi fait quelques chansons hard rock (I Hate Myself For Loving You, la reprise d'AC/DC Dirty Deeds Done Dirt Cheap, Talkin' Bout My Baby, la power-ballad Little Liar...) elle n'a pas vraiment sa place sur un site consacré au hair metal, sachant qu'elle appartient clairement à l'univers du punk. J'ai donc fait une erreur en la mettant ici, dûe au fait que j'écoutais surtout I Hate Myself For Loving You, sa chanson la plus "glam metal", lorsque j'ai écrit cet article pour la première fois. Cependant, ce dernier m'ayant pris beaucoup de temps à faire, encore plus de temps à corriger, et sa musique étant géniale, je l'y laisse !


Interprète du classique I Love Rock'n'Roll (reprise du groupe Arrows) et de méga-tubes tels que I Hate Myself For Loving You ou encore Do You Wanna Touch Me ? (reprise de l'infâme et immonde pédophile Gary Glitter), pionnière du rock au féminin surnommée The Queen Of Noise ou encore The Godmother of Punk... Bref, il ne s'agit pas de n'importe qui ! Notre chère rockeuse féministe est donc née le 22 septembre 1958 - ou 1960, les sources se contredisent - à Philadelphie (Pennsylvanie). Vers ses neuf ans, elle déménage à Rockville (un nom qui lui correspond étrangement bien...) et se mettra quelques années plus tard à la guitare. Seulement, comme c'est une fiiille, exit les bons gros morceaux rock (pas bien violents à cette époque), place aux douces et sirupeuses balades folks ! Tel semble être l'opinion de son prof, qui présumait que c'était ce qu'elle venait chercher... Peu après, sa famille déménage à L.A, endroit où elle peut commencer à avoir une vie nocturne teintée du glam rock qu'elle aime tant, en fréquentant le célèbre Rodney Bingenheimer's English Disco. Actif de 1972 à 1975, celui-ci constituait l'épicentre de l'univers "glitter rock" à Los Angeles et été fréquenté par tout le gratin de l'époque : David Bowie (rien que ça !), Iggy Pop, les Sweets...


Image flottante
Suzi Quatro, l'une des principales influences de Joan Jett, ici avec ses Pleasure Seekers (les chercheuses de plaisir...)

Kim Fowley, une vraie beauté...

Lors d'un petit concert donnée par Alice Cooper, elle rencontre Kim Fowley (moi je l'aurais plutôt appelé Kim Vreyley ! Ok, c'était nul, je sors...), un producteur très côté. ça tombe bien, celui-ci souhaite former un groupe exclusivement féminin, donc les deux y trouvent leur compte. Pour ce qui est de la suite, les sources se contredisent : l'ami Wikipédia affirme que Kim a ensuite rencontré la batteuse Sandy West (hélas décédée en 2006) et l'a mise en contact avec Joan, tandis qu'allmusic.com nous dit que Joan Jett avait déjà commencé de son côté avec Sandy (hélas décédée en 2006). Pour ma part, je penche davantage pour la version Wikipédia, qui est d'ailleurs, il me semble, celle relayée par le film de 2010 The Runaways. Ces dernières officient d'abord avec la chanteuse et parolière Kari Krome, qui finira par être remplacée par la fameuse Cherry Currie. Viendront ensuite s'ajouter la guitariste lead Lita Ford (également promise à un glorieux destin) et la bassiste Jackie Fox. Les Runaways sont nées : un grand pas pour Joan Jett, un grand pas pour les femmes dans le rock. Leur carrière, marquée par le tube Cherry Bomb, fut hélas assez brève : trois ans et quatre albums (tout de même !). De plus, comme vous vous en doutez, des "gonzesses" qui jouent fort, ça ne plaisait pas à tout le monde. Cherry Currie se souvient d'expériences particulièrement abominables avec le groupe canadien Rush :

"Ils [ces connards de Rush] s'amusaient à saboter notre équipement. Ils avaient balancé des feuilles sur la scène, et en sautant du set de batterie de Sandy [West] dans mes platform boots de 15 centimètres sur l'une de ces feuilles, j'ai glissé presque jusqu'à la fausse d'orchestre. Je me suis retournée et je les ai vus rire et rire encore en me pointant du doigt -- J'aurais vraiment pu me casser le cou, ou même pire. On devait supporter ça tous les jours." Source

Les Runaways avec au milieu Cherrie Curry puis de gauche à droite : Sandy West, batteuse (RIP, girl), la bassiste Jackie Fox, la jeune Lita Ford (guitariste soliste) et Joan Jett (chant et guitare)


Elles mettent le paquet au Japon

Des divergences musicales non conciliables finirent hélas par avoir raison de nos riot grrrls avant l'heure. Joan souhaitait évoluer vers un son davantage punk rock/glam rock tandis que Lita Ford et Sandy West préféraient le bon gros heavy metal. L'aventure Runaways s'achèvent pour Joan, mais sa carrière est loin d'être finie.




Avec les Blackhearts




Joan Jett et les Blackhearts

Une fois le groupe séparé, Joan Jett se lance dans la production de l'unique album d'un obscur groupe punk de L.A appelé de The Germs'. Suite à cela, elle se barre à Londres et enregistre trois chansons aux côtés des anciens membres de Sex Pistols Paul Cook (batterie) et Steve Jones (guitare, choeurs), dont une première version d'I Love Rock N' Roll - que l'on retrouvera en 1993 sur Flashback, une compilation de chansons rares de Joan Jett et son groupe).

A propos de groupe, elle retourne la même année à Los Angeles en vue d'apparaître dans un film appelé We're All Crazee Now !, vaguement basé sur la carrière des Runaways. Le film n'est même pas mentionné par Allociné (paye ta référence !), et pour cause : il n'a jamais été achevé. Certaines de ses parties furent même réutilisées pour un autre film underground, DuBeat-Eo, jamais commercialisé. Pour info, le titre We're All Crazee Now ! n'est pas anodin : il s'inspire en effet de la chanson des Slade Mama Weer All Crazee Now, reprise par nos héroïnes. Malgré l'inexistance du film, je suis quand même parvenu à vous trouver ce qui semble en être un extrait, qui a visiblement reservi pour DuBeat-Eo. Ce dernier a des allures de clip, le tout avec une qualité d'image on ne peut plus dégueulasse...

Tandis qu'elle travaillait sur le film, elle rencontra le producteur Kenny Laguna, avec lequel elle enregistra son premier album solo - éponyme - au Ramport Studios (qui appartenait aux Who, ndlr.). En Europe, l'album n'eut pas de mal à paraître ; il sortit sur le label Ariola Records le 17 mai 1980. Par contre, aux Etats-Unis, ce fut une autre paire de manches : celui-ci se vit refuser par 23 maisons de disque (!), si bien que Laguna et Joan dûrent le sortir indépendamment sur leur propre label, Blackheart Records. Ce que c'était que d'être une femme à l'époque... N'empêche que par ce biais, elle devint le premier être de sexe féminin à détenir une maison de disque, du moins dans le monde du rock. Pour la petite histoire, Blackheart Records fut financé avec l'argent que Laguna avait mis de côté pour que sa fille puisse aller à l'université. Elle a dû être contente... et elle l'a vraiment été, puisqu'elle est devenue vice présidente et manager général du label !

Les débuts furent très difficiles : ils dûrent assurer eux-même le pressage des 33 tours, qu'ils vendaient parfois à même un coffre de voiture à la fin de chaque concert. Heureusement, malgré toutes ces galères, l'album finit par être une réussite. Il devint tellement demandé que Kenny Laguna dû s'associer avec Neil Bogart, le fondateur de Casablanca Records. Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas de n'importe quelle maison de disque : ces mecs ont tout de même lancé les KISS, bordel de merde ! Bogart accepta de prendre Joan sous son aile et ressortit en 1981 son album sous le nom de Bad Reputation. D'ailleurs, si celui-ci a eu autant de succès, c'est à coup sûr grâce à sa pléthore de singles tous aussi bien les uns que les autres : You Don't Own Me, Make Believe, You Don't Know What You've Go, Do You Wanna Touch Me et surtout, surtout Bad Reputation. Il est d'ailleurs intéressant de noter que son clip, sorti après la bombe I Love Rock N' Roll qui va suivre, met en scène le rejet de la chanteuse par les 23 connards ignorants que l'on sait, ainsi que son ascension vers la gloire.





Peu de temps après, toujours avec l'aide de Laguna, elle forme le groupe Joan Jett and the Blackhearts. La rockeuse place en effet une annonce dans LA Weekly où elle précise qu'elle recherche "trois bons hommes" - donc pas de femmes - non pas par misogynie, mais probablement car elle ne voulait plus faire face à tout le machisme qu'elle avait dû endurer avec les Runaways. Je vous passe le recrutement des musiciens car je trouve ça chiant et que cet article est déjà très long... Bon, ok, les gars qui seront embauchés se nomment Gary Ryan (basse), Eric Ambel (guitare) et Danny "Furious" O'Brien (batterie), qui fut remplacé par Lee Crystal après une première tournée européenne. En tout cas, si vous tenez à savoir qui est qui sur la photo des Blackhearts ci-dessus, vous n'avez qu'à chercher vous-mêmes !

Malgré les difficultés financières, le groupe repart en tournée aux Etats-Unis, se construisant par ce biais une solide base de fans. Ils sortent ensuite un nouvel album intitulé I Love Rock N' Roll (1981), une véritable consécration grâce à son gigantesque hit du même nom. Pour ceux qui l'ignorent, il s'agit d'une reprise des Arrows, un groupe de glam rock des années 1970. La chansons demeurera numéro 1 pas moins de sept semaines d'affilé, le célèbre magasine Billboards la classera numéro 56 parmi les meilleurs morceaux de tous les temps et elle entrera même au Grammy Hall of Fame en 2016. Pour info, le Grammy Hall of Fame est un panthéon qui honore les enregistrements musicaux ayant une « signification historique ou qualitative » - dixit Wikipedia.


Joan Jett and the Blackheart I Love Rock N Roll
Avec le fond rouge, ça pique les yeux...

Après ce succès - et le remplacement du guitariste par un certain Ricky Byrd (oui, vous vous en foutez, mais on sait jamais, y a peut-être quelqu'un pour qui c'est important...), Joan nous pond un troisième album, qui s'appelle... Album (1983), puis un quatrième disque qui s'intitule Glorious Results Of A Misspent Youth (1984). Parmi les singles de ces albums, on peut citer The French Song ("j'ayme feyw l'amoow sewtew a twa !"), Everyday People ou encore I Love You Love Me Love (reprise d'un tube de ce sale pédophile de Gary Glitter.

Joan et son groupe effectuent ensuite une tournée mémorable, non seulement car ils ont partagé la scène avec de grands noms (Police, Queen ou encore Aerosmith), mais en plus car ils sont allés dans des endroits peu fréquentables pour des groupes de rock américains, soit derrière le Rideau de Fer, à Panama et en République Dominicaine, une première pour l'époque. Pour ceux qui ignorent ce qu'est le Rideau de Fer... eh bien révisez vos cours d'histoire ! Fin 1984, elle est son groupe ont l'honneur d'avoir leur propre soirée à l'occasion du MTV New Year's Eve Ball (soit la soirée de veille de Nouvel An), durant laquelle ils interpréteront essentiellement des reprises de groupes des années 1970. L'année suivante, elle et son gang sortent puis Good music, qui comporte la participation de personnalités extrêmement connues telles que Darlene Love (?), The Sugarhill Gang (??) mais aussi les Beach Boys (bon, ça, normalement, on connait). Ses tubes sont Good Music et... c'est tout.

Deux ans plus tard, elle sort Up Your alley, album dans lequel on retrouve le fameux I Hate Myself For Loving You, Little Liar ainsi qu'une reprise des Stooges, I Wanna Be Your Dog. Je sais pas pourquoi je vous précise ça sachant que je ne suis même pas fan du groupe et qu'il ne s'agit pas d'un single. L'album sera suivi de The Hit List (sorti en 1990), un ensemble de reprises de célèbres morceaux rock, dans lequel on retrouve notamment une version de Dirty Deeds Done Dirt Cheap d'AC/DC. Entre temps, Joan Jett et les Blackheart seront les premiers à jouer au Lunt-Fontanne Theatre de Broadway, un endroit visiblement très prestigieux. Par la même occasion, le groupe atteint même le record de vente de ticket la plus rapide. Joan Jett est décidément première pour beaucoup de choses... Toujours entretemps, elle participe à l'écriture et/ou composition de House of fire pour messire Alice Cooper, un single tiré de son célébrissime album Trash. Sortira ensuite Notorious en 1991, suivi de Flashback (1993 - une compilation de démos et de reprises), Pure and Simple en 1994 ( nostalgie.fr - paye ta source ! - m'indique qu'il s'agit d'un de ses meilleurs albums) et je vais m'arrêter là avec mes listes car je vois que vous commencez à vous faire chier.



Carrière cinématographique


Changeons un peu de sujet. En 1987, Joan joue dans le film Light of Day, qui sera sa principale contribution au Septième Art. Elle y partage l'affiche avec Michael J Fox (Marty dans Retour Vers le Futur, c'est lui !). Le film raconte les déboires d'un jeune homme, Joe (alias Michael), issu de la classe ouvrière désargentée de l'Amérique et de sa soeur, Patti (notre rockeuse). Le jour, celui-ci travaille dur dans une usine de métallurgie à Cleveland. La nuit, il se défoule sur scène avec son groupe de rock, les Barbusters, qu'il a monté avec sa soeur, dont la vie n'est pas très amusante non plus. Jeune mère célibataire, celle-ci a du mal à joindre les deux bouts et est en conflit avec sa propre mère, très religieuse. Comme on s'en doute, le rock constitue son seul échappatoire.

Le film regorge d'anecdotes amusantes. Premièrement, Light of Day est la première tentative au cinéma de Michael J Fox en dehors de Retour Vers Le Futur. Par ailleurs, c'est également la première fois qu'on le voit fumer au cinéma, ce dernier, bien qu'étant fumeur, évitant de se montrer à l'écran avec une cigarette de peur que cela n'encourage la jeunesse à s'y mettre.

La BO éponyme du film a été composée par Bruce Springsteen mais est interprétée par Joan Jett. C'est d'ailleurs cette chanson qui a donné son nom au film, et non l'inverse. Fait intéressant, ce n'est rien de moins que le célébrissime tube de Springsteen Born In The U.S.A qui était censé être la bande originale du long métrage. Néanmoins, le titre a finalement été choisi pour une chanson qu'il avait écrite au sujet d'un vétéran du Vietnam. Notons que Jon Bon Jovi a également participé à la BO avec le morceau Only Lonely.

Enfin, dernier fait intéressant, Trent Reznor de Nine Inch Nails fait une apparition dans le film avec son groupe d'alors, The Exotic Birds (le premier album de NIN ne sortira que deux ans plus tard). Ils y campent le rôle des groupes locaux The Problems et The Pelicans.


Comme je suis sympa, je vous mets le film en entier ICI (ps : en anglais sans sous-titres, faut pas rêver non plus).


Joan a fait des apparitions dans bon nombre de séries (Highlanders, Ellen, Walker, Texas Ranger, Law & Order : Criminal Intent... et même Steven Universe en 2018 !) et de films : cameos dans Ordinary World, Repo! The Genetic Opera (2008), petit rôle dans Endless Bummer (2009) et Boogie Boy (1998) (entre autres)... En conclusion, Light Of Day aura été sa principale participation sur grand écran.



Années 1990 (suite et fin)


Après Pure and Simple (pour le rappel, 1994), Joan Jett chante sur un album tribute sur Iggy Pop et apparaît en tant qu'invitée sur les albums du groupe de Marky Ramones (ex-batteur des Ramones - sans dec') et des Peaches. De nouveaux disques, que nenni. En revanche, elle se consacre à la production : en 1992 pour les mondialement connus Circus Lupus, puis en 1994 pour les Bikini Kills, groupe phare du mouvement Riot Grrrl. Notre "Godmother of Punk" est d'ailleurs considérée comme une influence majeure pour ces vaillantes rockeuses féministes.

Pour les mauvais élèves en histoire du rock, les "Riot Grrrl" constituaient un mouvement composés de groupes quasi-exclusivement féminins, orientés punk et rock alternatif. Dans leurs textes, elles traitaient de thématiques engagées telles que le viol, la violence domestique, le machisme, la sexualité (des femmes, bien évidemment), le racisme etc. On retrouve d'ailleurs la participation de nombreuses "Riot Grrrl" sur son album de 1994, Pure And Simple : Kat Bjelland de Babes in Toyland, Donita Sparks de L7 et Kathleen Hanna de Bikini Kill. Bon, ok, ça fait que trois, mais c'est déjà pas mal !

En 1995, elle intègre le groupe punk The Gits, en "remplacement" de leur ancienne chanteuse, Mia Zapata. Je met ce mot entre guillemets car selon les membres du groupe, "Mia ne pouvait pas être imitée ni remplacée." La nouvelle formation, rebaptisée Evil Stig, a pour but de donner des concerts caricatifs à destination... de leur ex-chanteuse. Etrange, n'est-ce pas ? La raison est hélas assez macabre : Mia Zapata a en effet été violée et assassinée le matin du 7 juillet 1993 précisément. Un album live, également appelé Evil Stig, verra le jour à la suite de ces concerts. L'argent récolté avait pour but de financer l'enquête, et plus largement de faire de la prévention contre le viol et la violence. A force de persévérance de la part des membres du groupe, cela finit par payer : onze ans après les faits, le meurtrier de Zapata, Jesus Mezquia, fut finalement arrêté et condamné à 36 ans de prison.



Joan Jett et les Gits, rebaptisé Evil Stig pour l'occasion



Les années 2000 & 2010


Joan et ses Blackhearts resteront très actifs tout au long des années 2000 et 2010. Ils sortiront trois albums : Naked (2004) (seulement au Japon), Sinned (2006) et Unvarnished (2013), plus un best of en 2010. Elle et Laguna signeront les groupes The Eyeliners et The Vacancies sur leur label Blackheart Records et Joan multipliera les concerts et tournées en tout genre avec son groupe. Comme il y en a beaucoup, je me suis sentie obligée de vous faire une petite liste :

  • En octobre 2001, Joan Jett monte sur scène avec Bruce Springsteen lors d'un concert caricatif dont le but est de lever des fonds pour les familles des victimes des attentats du 11 septembre. Ensembles, ils interprètent Light Of Day, la B.O du film dans lequel... oh et puis merde, vous avez qu'à suivre ! Comme je sais que ça intéresse beaucoup de personnes (*ironie*), je vous mets un lien vers le live ( ici !). Notez la coupe immonde de notre brave Joan, pourtant si belle d'habitude...
  • En 2005, elle et Laguna célèbrent les 25 ans de leur maison de disque avec un show à guichet fermé au Manhattan's Webster Hall (cette fois-ci, pas de lien, vous vous démerdez).
  • En juin 2006, afin de promouvoir leur album Sinner, le groupe participe au festival rock Warped Tour et font une apparition lors d'une tournée des désormais tristement célèbres Eagles Of Death Metal. Ma source préférée que vous connaissez tous m'indiquent qu'ils seront rejoints par les Vacancies et par une pléthore de groupes tous aussi inconnus les uns que les autres.
  • Le 4 juillet 2007, Joan Jett et les Blackhearts sont les têtes d'affiche d'un show à Albuquerque (Nouveau Mexique) qui vient célébrer la fête nationale américaine. La même année, en novembre, Joan et sa clique apparaissent aux côtés de Mötorhead et Alice Cooper (excusez du peu !) lors d'une tournée britannique. Comme il ne s'agit tout de même pas de n'importe qui, j'ai décidé de vous mettre un lien vers le live... que je n'ai hélas pas trouvé, tant pis ! La même année, elle fait les premières partie lors de la tournée mondiale d'Aerosmith pour pas moins de huit shows.
  • A la suite de l'intronisation des Dave Clark Five's au Rock and Roll Hall of Fame le 10 mars 2008, elle clôture la cérémonie en interprétant leur hit de 1964, Bits And Pieces - qu'elle avait d'ailleurs déjà repris dans son album I Love Rock N' Roll. La même année, elle et ses Blackhearts font plusieurs dates lors du True Colors Tour durant l'été. Pour info, il s'agissait d'un événement annuel créé par... Cindy Lauper (sic !) (je parle au passé car il n'aurait eu lieu que sur deux ans). Ce dernier avait pour but de soutenir diverses organisations défendant les droits des homos et des lesbiennes.
  • En 2010, elle et son groupe font la première partie de Green Day. En 2014 elle interprète Smell Like Teen Spirit avec les survivants de Nirvana à l'occasion de l'intronisation du groupe grunge au Rock and Roll Hall of Fame. Elle sera également présente lors d'un concert surprise donné par la même bande un peu plus tard dans la soirée. Enfin, en 2015, Joan Jett et les Blackhearts ouvrent pour les Who, puis prennent part au show du vingtième anniversaire des Foo Fighters.
  • Pour finir, je me suis aperçue tout à fait par hasard qu'en cette année 2018, elle et ses potes participaient au Hellfest ! Et je ne serai même pas là pour les voir, damned it !


Mais qu'as-tu fait à tes cheveux ??




Autres activités


A-t-elle fait des concerts en 2016 et 2017 ? Je n'en sais rien, et je n'ai pas envie de le savoir ! Y en a marre des lives, passons à autre chose ! Premièrement, dans le chapitre consacré à sa carrière cinématographique, j'ai oublié de vous évoquer le film Undateable John (2015), dont elle est la productrice exécutive et dans lequel elle joue le rôle d'une surfeuse punk. Je ne suis pas sûre que les notions de "surf" et de "punk" se marient bien ensembles, mais peu importe... Le pitch ?

"John, un professeur de surf, qui se bat avec ses problèmes d'alcool depuis plusieurs années, décide de reprendre sa vie en main lorsqu'il tombe amoureux d'une jeune femme rencontrée aux Alcooliques Anonymes." Source

ça a l'air passionnant... Avec un scénario pareil, je me doutais que vous mouriez tous d'envie d'en voir un extrait, mais malheureusement, je n'ai rien pu trouver... Autrement, il y a un autre film qu'elle a contribué à produire, un autre film dont la plupart d'entre vous a dû entendre parler : le fameux The Runaways de Floria Sigismondi, sorti en 2010. Concernant la réalisatrice, je tiens à préciser qu'elle a dirigé deux des plus beaux clips de Marilyn Manson, The Beautiful People et Tourniquet. Et oui, une fois de plus j'arrive à le caser dans un de mes articles !

Vous vous en doutez, le film traite de l'ancien groupe de Joan Jett (sans blague !). Il est basé - très librement - sur les mémoires de Cherie Curry (ex-chanteuse du groupe, ndlr.), Neon Angel: A Memoir of a Runaway et se focalise davantage sur la relation qu'elle entretenait avec notre chère guitariste, et avec l'immonde Kim Fowley. En tout cas, si vous aimez l'ambiance seventies/dépravation/drogues/glam rock/libération sexuelle, et bien sûr Joan Jett, je vous le conseille vivement. Sinon, eh bien... tant pis pour vous !


Oui, c'est Kristen Steward qui incarne Joan Jett...et le pire c'est qu'elle est très bien !

Pour continuer avec les "autres activités", contrairement à moi, Joan Jett est une grande fan de sport. C'est une véritable fanatique des Orioles de Baltimore (une équipe de baseball, ndlr.) depuis que son père l'a amenée les voir pour la première fois en 1969. Elle en est tellement fan qu'elle n'allait certainement pas se contenter de rester dans les gradins. Ainsi, en 1995, elle a entonné l'hymne national américain avant l'un de leur match, auquel elle a assisté particulièrement bien entourée : elle était assise aux côtés du président d'alors Bill Clinton, du vice président Al Gore (beuuurk !) - et de célèbres joueurs de baseball. Ce n'est pas tout : au début des années 1990, elle a participé à un camp de baseball organisé par l'équipe et en 2012, elle leur a envoyé une lettre de fan dans laquelle elle avouait vérifier en douce les résultats de leurs matchs pendant ses concerts... Même les plus grandes starts peuvent être groupies !


La preuve que je vous dis pas des conneries !

Ce n'est pas là sa seule contribution au monde du sport. Plusieurs de ses chansons ont été utilisées lors de tournois : Bad Reputation par la catcheuse Ronda Rousey en guise de musique d'entrée, sa reprise de Love Is All Around par la NCAA (National Collegiate Athletic Association, ndlr.) en vue de promouvoir le Women's Final Four (de me demandez pas ce que c'est, je n'en sais rien et j'ai pas envie de chercher !), de même que Unfinished Business. Ces chansons n'ont d'ailleurs jamais été commercialisées, du moins officiellement, car on les trouve facilement dans un disque bootleg via le plus célèbre des moteurs de recherche.

I Hate Myself for Loving You n'y a pas échappé : sa mélodie aux accents guerriers a été utilisée jusqu'en 2016 par la NBC Sunday Night Football, une émission consacrée au football américain (sans déc' !). Pour l'occasion, les paroles ont été transformées, et la musique aussi, d'ailleurs... (voir ici). Pour continuer, elle a également fourni des morceaux à la chaîne de télé sportive ESPN, notamment pour la première diffusion des "X Game", une compétition annuelle de sports extrêmes (et non, il ne s'agit donc pas d'un truc porno, petits pervers !). Pour finir, cela fait depuis des années qu'elle soutient l'armée américaine en donnant des concerts auprès aux troupes directement sur le terrain. Par ce biais, elle a été dans des pays plutôt inhabituels pour une rock star, tels l'Afghanistan ou le Pakistan.

N'aimant ni le sport, ni l'armée (encore moins l'armée), je ne suis pas mécontente de passer à un autre sujet. Cela fait depuis une vingtaine d'années que Joan Jett est végétarienne et soutient la PETA et Farm Sanctuary. Pour les ignorants, la PETA est l'une des plus grandes organisations de défense des droits des animaux au niveau mondial, et la Farm Sanctuary... c'est à peu près la même chose (mais en moins connu, du moins en France - ou du moins par moi). Pour ce qui est de son engagement dans la défense de nos amis à quatre pattes, voici ce qu'elle raconte dans son "témoignage végétarien" :

"Retirer la viande de votre régime alimentaire est la meilleure chose que vous pouvez faire pour les animaux et pour votre santé. Savez-vous que c'est aussi une des meilleures chose que vous pouvez faire pour la planète ? L'élevage en batterie est l'un des principaux contributeurs aux problèmes environnementaux les plus graves. L'industrie de la viande produit davantage de gaz à effet de serre que toutes les voitures, les camions, les avions et les bateaux réunis dans le monde, alors qu'attendez-vous ? Virez la viande de vos habitudes alimentaires, ça va change votre vie !"

Joan Jett Vegan Kit Starter New York
Joan Jett tenant fièrement un kit pour débuter dans le végératisme.

Joan Jett explique dans une autre interview qu'elle aimait énormément la viande étant jeune mais que cela lui a passé vers la fin de sa carrière avec les Runaways, période durant laquelle elle ne mangeait... que de la nourriture de petit-déjeuner ! Ah, c'est Ricains ! Elle explique ensuite qu'elle s'est mise à lire Diet For A New America de John Robbin, un livre qui a visiblement été un choc pour elle (je sais, c'est très cliché comme formule !) : elle pensait à des abattoirs toute la journée. En tout cas, sachez que si vous aviez la chance de vous balader à Union Square à New York le 4 mai 2010, vous pouviez vous faire distribuer gratuitement un kit pour vous aider à devenir végétarien par Joan Jett en personne ! Pour ma part, bien que n'étant pas végétarienne (je suis faible face à un bon foie gras...), je soutiens son combat à 100% contre l'élevage intensif. Peut-être qu'un jour je trouverai la force d'arrêter... Pour finir, sachez qu'en 2012, elle reçu un prix "Nanci Alexander Activist" pour son travail au bien-être des animaux.

A présent, parlons politique. Lors des élections de 2004, notre chanteuse a soutenu le candidat démocrate Howard Dean pour ses positions contre la guerre en Irak. Fin du chapitre sur la politique.

Passons à la vie personnelle. Avec qui est-elle sortie ? Mystère... (en même temps c'est pas comme si je m'étais trop donnée la peine de chercher...). Autrement, elle a toujours laissé planer un doute sur son orientation sexuelle : "je ne dis pas non, je ne dis pas oui. Je dis 'crois en ce que tu veux. Assume, vas-y.'" (Interview pour Out Magasine, 1994). En revanche, s'il y en a bien une pour laquelle le doute n'a pas plané longtemps, c'est Lita Ford. Dans son autobiographie, Living Like a Runaway: A Memoir, elle rélève que ce qui l'a poussé à quitter le groupe était le fait que toutes les autres filles - excepté Jackie - étaient lesbiennes et que Joan entretenait une relation plus que trouble avec Cherie... Vous imaginez le scandale, de nos jours, si une nana quittait son groupe de rock parce que les autres membres sont homos ? Elle se serait faite lynchée sur Twitter en moins de deux heures ! Autres temps, autres moeurs...

Histoire de terminer cet article en beauté, je garde le meilleur pour fin : en 2015, elle a été intronisée à son tour au Rock'n'Roll Hall Of Fame. C'est elle qui a ouvert la cérémonie avec son groupe, accueillant lors de celle-ci un certain nombre d'invités de marque : Dave Grohl des Foo Fighters, Gary Ryan (bassiste original des Blackhearts), Tommy James (un chanteur pop-rock des années 1960) et... Miley Cyrus (sic sic et resic !). Non seulement elle a chanté avec Joan et Tommy sur Crimson And Clover (avec Dave Grohl à la guitare), mais en plus, c'est elle qui a prononcé le discours d'introduction de notre chanteuse et guitariste. Je ne vais pas vous le transcrire en entier car il est très long, mais je vais vous en dire le principal.

Elle a d'abord commencé à parler de la première fois qu’elle a eu envie de coucher avec notre héroïne (à l'occasion d'une émission avec Oprah Winfrey qu'elles devaient faire ensembles), puis raconte qu'elles se sont retrouvées à fumer de l'herbe tandis que son idole évoquait des choses et d'autres : le bon vieux temps avec les Runaways, la musique, pourquoi elle aime les animaux et ne veut pas les manger... tandis que de son côté, elle buvait ses paroles. Elle continue ensuite en éloges, disant à quel point Joan a été une source d'inspiration pour elle et a quel point elle a "fait évoluer le monde". Et conclut : "Je veux te remercier de t’être battue pour notre liberté, Joan, et je t’aime énormément."

Pour ce qui est du reste de la cérémonie, Dave Grohl a ensuite fait un éloge de la chanteuse/guitariste, puis Joan Jett s'est à son tour exprimée, disant tout le bien qu'elle pense de Cleveland - ville dans laquelle s'est déroulée la soirée - et exprimant son désir de voir les Runaways introduites au Rock N Roll Hall Of Fame. On a ensuite entendu l'un des autres adoubés du jour (ou de la nuit), Billie Joe Armstrong de Green Day, puis... c'est tout. Enfin je crois. Ah oui, dernière chose, je tiens quand même à préciser que la rockeuse s'est faite intronisée en même temps que Lou Reed, Bill Withers, Stevie Ray Vaughan et le Paul Butterfield Blues Band. On sait jamais, y en a peut-être que ça intéresse.



"Venez tous, mes amis !"
(Joan lors de la cérémonie d'intronisation au Rock N Roll Hall Of Fame)


Qu'a-t-elle fait ensuite ? Difficile à dire sachant que les informations sont éparses. J'ai vaguement vu passer une tournée avec Cheap Trick et Heart en 2016 ainsi qu'un duo avec Blondie en 2017 (soit l'année dernière !). La chanson s'intitule Doom Or Destiny et est clairement engagée : elle traite du réchauffement climatique, de la guerre nucléaire, de l'ingérence russe dans l'élection de Donald Trump (il mérite même pas que je lui mette son nom en gras !) et de ses fameuses petites envolées poétiques lors d'un épisode de l'émission Hollywood Access...



Une Debbie Harris bien grimaçante.


Pour ce qui est de 2018, Joan Jett et ses Blackhearts comptent repartir en tournée fin mai aux côtés de Styx et de Tesla (aux Etats-Unis, bien évidemment) et, comme vous le savez déjà, ils seront présent lors du Hellfest, le 22 juin très précisément. Et dire que je n'y serai pas alors qu'il y a aussi Europe et Marilyn Manson...






The Dark Side of The Moon Joan



Kim Fowley a crevé comme un rat en 2015, et tant mieux ! Malgré le fait que cet individu soit un salopard fini, Joan Jett, Lita Ford et Nikki Sixx lui ont rendu hommage en concert ou par je ne sais quel autre moyen. Pourquoi tant de haine envers cet homme ? Tout simplement parce qu'il est accusé d'avoir violé - entre autre - Jackie Fox (bassiste des Runaways ndlr.)... devant les autres membres du groupe, ce qui n'empêche pas Lita de lui rendre hommage avec des mots doux sur Twitter (Joan a dû faire un truc similaire mais j'ai la flemme de vérifier). Pour la petite histoire, une certaine Kari Krom - également victime des abus de cette râclure - a affirmé que Joan et les autres avaient ricané pendant l'agression et que leur camarade "se faisant baiser comme une chienne" était devenu un sujet de plaisanterie courant au sein du groupe... Bien évidemment, notre rockeuse a nié sa présence lors de l'événement. Quant à Cherie (chanteuse des Runaways), elle a prétendu lui avoir crié dessus (sur Kim) et être partie de la pièce très en colère. De son côté, l'ignoble individu nie avoir commis un quelconque abus sur l'une ou sur l'autre. On te croit, Kim, on te croit...




Sources : (y en a jamais eu autant !)

Wikipedia (anglais et français, mais surtout anglais, mais on s'en fout en fait...)

Source pour "The Dark Side of Joan" : allez vous faire foutre voir sur la page dédiée à Lita Ford