Retour à l'accueil

Galerie photos

Une blague très amusante




Arc-en-ciel et méchant Lester




Nous sommes en 1970. KISS n'existe pas. Oui, vous avez bien entendu (ou plutôt bien lu), le rock existe, mais pas les KISS. Difficile d'imaginer un monde sans KISS, car KISS compte parmi cette poignée de groupes qui a révolutionné à jamais l'Histoire du Rock. Il y a l'avant-KISS et l'après-KISS. Nous sommes en 1970. Stanley Eisen et Gene Klein (né Chaim Witz) ont formé un groupe nommé Rainbow avec deux-trois types dont j'ai la flemme d'écrire le nom. Le groupe change rapidement son appellation - c'est-à-dire un an plus tard (oui, je sais, la notion de rapidité est extrêmement subjective) - pour celle de Wicked Lester. Ils se font signés chez Epic Record et enregistrent un album dans une veine pop, folk et rock'n'roll qui ne sortira jamais. Une version bootleg de cet album existe, The Original Wicked Lester Session. On y trouve une onzaine de chansons, dont le futur tube She qui ne sortira officiellement que trois albums plus tard. D'autres chansons que j'ai la flemme de nommer seront réutilisées... Bon, allez, il s'agit de Going Blind (qui bizarrement n'apparait pas dans la tracklist du bootleg) et de Love Her All I can. La première sera réutilisée dans Hotter Than Hell tandis que la seconde ira dans Dressed To Kill.



Une couverture d'une grande beauté qui donne vraiment envie de se pendre d'acheter l'album


Quand KISS faisait du rock progressif...


En tout objectivité, She a tout d'un futur tube... L'année suivante (ou la même année), le groupe splitte pour des raisons de non-entente musicale (comme pour les Runaways !). Paul et Gene décident de former un nouveau groupe à la fin de l'année 1972. Peu après, ils font la connaissance de Peter Criss via une annonce postée dans un magazine. Peu de temps après, celui-ci est engagé. Le trio décide d'adopter un style un peu plus hard et commence à développer une image de plus en plus excentrique et androgyne (qu'ils avaient toutefois déjà avec Wicked Lester). En novembre 1972, ils jouent un concert devant le découvreur de talent d'Epic Records, qui n'est pas convaincu par leur performance. Aujourd'hui, il doit s'en mordre les doigts jusqu'au sang... En janvier 1973, ils font la connaissance d'Ace Frehley, leur futur guitariste. Ce dernier se ramène à une audition avec un accoutrement assez particulier : il aborde en effet une chaussure rouge et une chaussure orange ! Dommage qu'il n'y ait pas d'image pour illustrer ceci. C'est à ce moment-là que les choses deviennent sérieuses. En effet, le groupe change de nom.



Albatross, putain et bisou



Stanley Eisen, Gene Kleine et Peter Criscuola se promenaient en voiture dans une avenue embouteillée de New-York. Les autres véhicules se tenaient là, quasiment bloqués les uns par les autres. Les klaxons fusaient de toutes parts tandis que la radio jouait une chanson de Led Zeppelin en sourdine.

"Ce nom de groupe, Wicked Lester, vous ne trouvez pas qu'il faudrait le changer ? S'enquit tout à coup Peter, qui était au volant.

Gene, qui était assis à côté, répondit :

- Qu'est-ce qu'on prendrait à la place ? On ne va quand même pas s'appeler de nouveau Rainbow !

- Avant, j'étais dans un groupe qui s'appelait Lips, reprit Peter, les yeux rivés sur le pare-brise.

- J'ai une idée, répondit Gene. Et si on s'appelait Albatross, avec deux "ss" ?!"

- Pff c'est nase ! Se manifesta Stanley, à l'arrière. T'en as d'autres des comme ça ?

- Putain de bagnoles qui avancent pas, maugréa Peter.

- Tient, pourquoi on s'appelerait pas les Fuck ? Ricana Gene.*

- Ouais, ça c'est une chouette idée, mais on aurait des ennuis avec la censure ! S'exclama Stanley tandis que la voiture avançait de quelques millimètres - pour être aussitôt stoppée par un feu rouge.

- J'avais pensé à un truc il y a quelques temps, fit Peter. Crimson Harpoon, je trouve que ça sonne bien.

- Crimson quoi ? Tu plaisantes ! A peine tu viens de dire le nom que je l'ai déjà oublié ! S'écria Paul. C'est pas vendeur du tout. J'ai une meilleure idée, pourquoi pas les KISS ? C'est court, c'est sexy, facile à retenir, facilement exportable...

- Pas bête, il a raison, acquiesca Gene. Qu'est-ce que t'en dis, Pete ?

Il réfléchit, puis :

- Ouais, ça me plait ! Va pour les KISS !


Voilà, ça s'est vraiment passé comme ça pour le choix de leur nom de groupe. Je le sais car j'y étais, je me tenais assise aux côtés de Paul à ce moment-là. Ce fut ensuite Ace qui designa le célébrissime logo du groupe. Comme vous le savez peut-être, celui-ci sera sujet à de nombreuses controverses dûes au double "S" quasiment similaire à celui des "SS" nazi. Certains affirment qu'Ace a toujours eu pour intention de reprèsenter de simples éclairs, tandis que d'autres, tels que Sean Delaney, musicien proche des KISS, confirment bel et bien l'inspiration nazi... Le logo a par ailleurs été modifié pour le marché allemand, israëlien, hongrois ou encore polonais car les signes nazi y sont bannis (j'ai pas envie de mettre une image donc si vous voulez voir sa tronche, cherchez vous-mêmes). Ce n'est pas tout. Les chrétiens fondamentalistes se sont également mis en tête qu'il y avait une signification cachée derrière leur nom : "Kings In Satan's Services", "Knights In Satan's Service" ou encore "Kids In Satan's Service" ! Une rumeur qui a toujours été infirmée :


(Gene Simmons :) "La désinformation a propos du groupe s'est tout d'abord propagée dans la Bible Belt [les Etats du Sud profondément religieux, ndlr.] ; celle-ci incluait une rumeur comme quoi le nom KISS signifiait Knights In Satan's Service, et que tous les quatres vénérions le Diable. Ironiquement, cette rumeur est le résultat d'une interview que j'avais donnée pour Circus Magazine après notre premier album. En guise de réponse à une question, j'avais affirmé que parfois je me demandais ce à quoi la chair humaine pouvait bien avoir goût. [...] Peu après, ce commentaire a enflammé l'idée que KISS vénérait le Diable. Quand on me demandait si j'adorais le Démon, je refusais simplement de répondre pour de nombreuses raisons : la première, bien sûr, pour la bonne presse. Laisser les gens se le demander. Les autres raisons étaient mon mépris complet pour les personnes qui posaient ces questions. [...]"

Source : Snopes.com


Kabuki


Ce doit également être dans ces eaux-là que les quatres futures rock stars inventent leur alter-ego de scène : Gene Simmons devient le Demon, ce qui est logique étant donné qu'il est très méchant (confert ses propos sur le suicide et les dépressifs, son narcissisme mondialement renommé et ses propos racistounets), Paul Stanley se transforme en Starchild, ce qui est normal car il est gentil, qu'il adore les étoiles et qu'il est décrit comme un romantique désespéré, Ace Frehley devient Space Ace - et plus tard The Spaceman car il est profondément attiré par l'espace et la science-fiction et Peter Criss devient Catman car il se plait à penser qu'il détient neuf vies, ce dernier ayant connu une enfance dure dans le Brooklyn. très tôt, le groupe se peignit le visage de la façon que l'on connait. A ce propos, dans une interview (laquelle ? Je l'ignore...), Ace affirmera que c'est lui qui aurait eu l'idée de l'étoile pour Paul. En effet, selon ses dires, se dernier s'était dessiné un rond autour de l'oeil au lieu de la forme que l'on connait ! En attendant, j'ai beau cherché cette maudite interview, je ne la retrouve pas. Tant pis. En revanche, une source bien réelle sur laquelle je viens de remettre la main retrace avec précision l'évolution du maquillage respectif de chaque membre du groupe. Je vous mets des images, ça vous parlera mieux que tout mon blabla :



Naissance d'une Etoile (de 1972 à 1973) :






Génèse du Démon (1972-1973) :




Conquête de l'Espace (1973 only) :




Réveil du Félin (1972-1973)






Merci à www.kissfanshop.de, le site auquel j'ai piqué toutes ces merveilleuses photos.

Une fois le groupe au complet, ils effectuèrent une première performance le 30 janvier 1973 devant une audience pharamineuse de... trois personnes ! Imaginez la fierté qu'elles ont dû ressentir quand elles ont dû s'apercevoir que le petit groupe insignifiant qu'elles avaient eu le privilège de voir en avant-première était désormais mondialement célèbre... Cependant, elles ont peut-être eu du mal à les reconnaêtre dans la mesure où ces derniers ne portaient que peu de maquillage. En effet, ce n'est qu'à partir du mois de mars qu'ils se farderont comme des acteurs de théâtre kabuki. Le même mois, ils enregistrent une démo de 5 titres avec le producteur Eddie Kramer. A la mi-octobre de la même année, le réalisateur télé Bill Aucoin, séduit par le sex-appeal du tout jeune et frais Paul Stanley, devient leur manager. Grâce à lui, ce sont les premiers à signer chez Casablanca Records, une toute nouvelle maison de disque. Nous sommes le 1er Novembre 1973. L'Histoire du Rock vient d'être modifiée à jamais.

Le groupe se met vite au boulot pour enregistrer leur premier album, KISS, qui sortira le 18 février de l'année suivante. Entretemps, ils ouvrent pour Blue Öyster Cult, un show durant lequel Simmons mettra accidentellement feu à sa chevelure. Pour ce qui est de leur premier album, Casablanca leur fait une promotion digne de ce nom et KISS entamme sa première vraie tournée. Leurs tubes ? Aucun ! L'album ne comporte pas vraiment de hit single, même si l'on peut considérer que Strutter, Deuce et Black Diamond se détâchent du lot. D'ailleurs, il ne sera pas un succès immédiat car il ne se vendra dans un premier temps qu'à 75 000 exemplaires - pour ensuite être certifié triple disque de platine aux USA, rien que ça !



première apparition TV de KISS sur ABC en 1974 dans l'émission In Concert
deuxième apparition TV et première interview de Gene. Imaginez à quel point les gens devaient être choqués de voir ça !!


Le commencement




Une couverture très typée manga

Malgré le semi-échec de leur premier essai, le groupe remet le couvert avec Hotter Than Hell le 22 octobre de la même année tout en continuant à tourner intensivement. Le disque n'a pas droit à la promotion tapageuse du premier album et connaitra encore moins de succès que celui-ci. Bien que de nombreuses chansons deviendront rapidement des standards du groupe repris en live, l'opus n'a qu'un seul tube : Let Me Go, Rock 'n' Roll. Les ventes de l'album dégringolent, ce qui fait que le groupe est sommé d'arrêter la tournée pour enregistrer quelque chose qui se vende mieux. Pour le prochain essai, c'est carrément le boss de Casablanca qui s'y colle, Neil Bogart, non pas par marque d'honneur mais par manque d'argent ! KISS dans une maison de disque qui manque de sous-sous, qui l'eût cru ? Le son du nouvel album est un peu plus propet que celui du précédent, et d'ailleurs celui-ci marche mieux. Son nom : Dressed To Kill ! Son tube ? Le très célèbre "Aïïe Ouanna rockanderolle oooowl naïïït... Ande partieuh eveurideilleu" (Ps : non, sur ce coup-ci, je n'ai pas plagié l'article de Nanarland à leur sujet, je leur ai rendu hommage, ce qui est tout à fait diffèrent). Malheureusement pour le groupe, Rock N' Roll All Night ne deviendra pas instantanément un standard du rock ; à sa sortie, il n'attendra que la place 68 dans les charts, ce qui est déjà un progrès aux vues de leurs précédents échecs. Il ne s'agit d'ailleurs pas du seul single de l'album ; on y retrouve en effet Kissin' Time (qui ne figure bizarrement pas dans la tracklist de l'album - mon ami Wikipedia se serait-il trompé sur ce coup-ci ?), C'mon And Love Me et... c'est tout. Ah si, attendez ! Je crois qu'il y a aussi She, qui a été quelque peu modernisée. Personnellement, j'aime autant la première version que celle-ci. Autrement, Viens Et Aimes Moi a eu tellement de succès qu'elle ne s'est même pas retrouvée dans le top des charts... C'est à se demander à quel moment la gloire de KISS a bien pu décoller !

Fin 1975, c'est la catastrophe pour Casablanca Record. Au bord de la faillite, deux choix s'offrent à la petite maison de disque : sortir le vinyle du siècle ou mettre la clé sous la porte, et accessoirement résilier le contrat des Kissou, briser leurs réves d'enfants et leur petit coeur, ainsi que celui de la fanbase qu'ils sont en train de se constituer. Comment ça ? Me dites-vous. Quelle fanbase ? Mais enfin, ils n'ont aucun succès ! Eh bien si ! Erreur ! Ils ont du succès en live ! En effet, nous sommes en 1975 et à cette époque, les gens, pas encore gavés de tous les trucs trash auxquels n'importe quel bambin de 10 ans a accès via sa tablette et son smartphone... je disais quoi déjà ? Ah oui, les gens sont d'innocentes petites créatures qui n'ont jamais rien vu de leur morne vie dénuée d'Internet, de jeux vidéos et de films à foison (qu'est-ce qu'ils devaient se faire chier les pauvres !) . Par conséquent, voir un Démon cracher du sang, du feu, un As de l'Espace enflammer sa guitare, un Homme-Chat jouer sur une batterie qui s'élève dans les airs, un Enfant des Etoiles casser sa guitare et des méga-effets pyrotechniques (jet de fumées, de confettis... ben quoi c'est impressionnant les confettis non ?) tout au long des shows, ça devait leur en boucher un coin ! Personne ne faisait ça à l'époque ! (On me souffle à l'oreille qu'il y avait déjà Alice Cooper qui découpait des poupées sur scène et faisait je sais pas quoi avec des chaises électriques donc j'ai intérêt à vite me corriger avant que le fan club d'Alice ne s'abatte sur moi et m'étouffe avec un boa constrictor). Malgré cela, Bogart, le patron de Casablanca, va très mal. Il a placé toutes ses économies dans ces coûteux shows et n'a pas retour sur investissement. Par conséquent, il joue quitte ou double ; il fait jouer les Kissounets dans de gigantesques arènes larger than life et leur fait enregistrer un album live intitulé Alive!.



Juste parce qu'il faut bien respirer un peu, voici un concert issu du Alive Tour qui suivra l'album


Destroya'



Grâce à ce coup de baguette magique (ou maléfique), KISS pénètre enfin dans le top 10 selon la version française de leur bio et le top 40 dans sa version américaine avec leur live de Rock N Roll All Nite. Enfin ! Le disque a été certifié disque d'or aux Etats-Unis et au Canada, est classé 3ème du top des charts au pays des caribous, 56ème au Japon et probablement 78956ème en France. Les choses sérieuses peuvent enfin commencer. La bande s'associe avec Bob Ezrin, connu pour son travail avec Peter Gabriel, Phish (surtout Phish), Taylor Swift (?!) mais aussi avec des pointures telles que Dr. John, The Jayhawks et le non moins célèbre Nils Lofgren. Grâce au travail acharné qu'ils mèneront ensembles, ils sortiront le génial Destroyer (1976). Autant vous dire que cela ne s'est pas fait sans peine. très exigeant, Bob Ezrin mène le groupe à la baguette et leur fait faire des prises jusqu'à ce que le résultat soit parfait. De plus, il n'hésite pas à faire appel à des compositeurs extérieurs afin d'améliorer les créations et le catalogue du groupe. Si les crédits créditent (je sais, j'écris bien) les membres de la bande sur chaque piste, on voit cependant s'ajouter d'autres noms : ce salopard de Kim Fowley (sois damné en enfer, râclure !), Mark Anthony, Stan Penridge et surtout Ezrin lui-même qui a co-écrit chaque morceau, à une exception près, la chanson "signature" de Gene Simmons, God Of Thunder. Cette dernière n'a pas été créé par cet autre salopard (que je préfère toutefois largement au faux laid) mais par son ami Paul Stanley.

La magnifique couverture, designée par Ken Kelly, le dessinateur de Tarzan, Conan le Barbare et... des couvertures d'album de Manowar ! Voilà ce que j'appelle une suite logique.
Paul Stanley, Ace Frehley - et les autres (oui je fais du favoritisme et je vous emmerde) en 1976. Notez à quel point ce fond rose bonbon va bien avec mon fond de page orange.


En avant les classiques !




La chanson emblêmatique de Gene Simmons que celui-ci n'a même pas écrite.
Un petit extrait du fameux dessin animé de Scooby Doo & KISS : Rock N Roll Mystery dont je vous parlerai en tant voulu.


La magnifique ballade chantée par Peter Criss. N'en déplaise aux fervents partisants du lieu commun voulant que les filles adorent les chansons romantiques (c'est dans leurs gènes, John Gray l'a dit dans son ouvrage Les Hommes viennent de Mars, Les Femme viennent de Vénus), je ne les aime que rarement. Celle-ci fait toutefois exception à la règle.


Apparemment, ça parle d'une meuf qui aime un peu trop leur argent...


Ace Frehley et Peter Criss ont du mal à se soumettre à la volonté d'Ezrin, si bien que ce n'est pas l'Homme de l'Espace qui joue les solos sur Flaming Youth, Sweet Pain et Beth, mais un certain Dick Wagner ! En tout cas, selon certains, cette album marquerait une rupture relationnelle entre le duo Paul/Gene et Ace/Peter, qui n'apprécient guère les allusions à leur manque de talent faites par Ezrin. Pour ce qui est de sa réception, Wikipedia m'affirme que l'album s'est très bien vendu dans un premier temps pour ensuite chuter dans les charts, tandis que mon numéro spécial de RockHard sur KISS m'affirme que les ventes peinent à décoller. Faudrait savoir... Heureusement, ma chère encyclo m'indique que grâce à Beth, les fans se précipitent de nouveau sur le vinyle en question. Pour promouvoir l'album, les Bisous viennent faire les pitres dans l'émission The Paul Lynde Halloween Special (ils sont censés répondre à une interview comique mais ayant survolé l'émission, je n'en ai pas aperçu le bout du nez...) puis sortent à une vitesse supersonique Rock and Roll Over le 11 novembre 1976. Ce dernier contient deux tubes : Hard Luck Woman - qui a semble-t-il bénéficier de ce qui ressemble à un clip - et Calling Dr. Love, écrite et interprétée par Gene Simmons. L'album se vend bien, le groupe est désormais populaire, ils sortent un deuxième vinyle Live intitulé Alive II puis enchaine avec le grand classique Love Gun en 1977.


Grrr, c'est sexiste !!

Oh mon Dieu c'est la fin du monde !! J'ai inversé la sortie d'Alive II avec celle de Love Gun ! Cela dit, maintenant que je me suis donnée du mal à mettre cette effroyable couverture d'album dans ce joli petit tableau, elle y reste. Alive II contient 5 nouveaux morceaux inédits (s'ils sont nouveaux, ils sont forcément inédits...) mais ça à la rigueur je m'en fiche. Moi, ce qui m'intéresse, c'est le fait qu'il y ait encore plus de rififi dans le groupe. Peter et Ace boivent et se droguent de plus en plus, ce qui ne plait pas du tout à Paul, et surtout à Gene, farouchement opposé à la dope et à la boisson. Mais ne vous en faites pas, il compense avec autre chose ! En effet, il se vante régulièrement d'avoir couché avec plus de 4000 femmes, et il les aurait quasiment toutes prises en photo à une époque où le numérique n'existait même pas ! Je dois avouer que sans son maquillage, Gene a beaucoup de charme et est même plus beau que Paul mais si jamais j'en avais eu l'occasion, je n'aurais pas couché avec lui afin de ne pas nourrir son égo déjà monstrueux (quoique...). Je sais, mes états d'âme son passionnants. Mais ce qui est encore plus passionnant, c'est le fait qu'Ace ne se soit quasiment pas pointé au studio et que tous ses solis aient été enregistrés par Bob Kulick, qui avait auditionné pour le groupe avant que celui-ci ne lui préfère Ace. Le seul morceau auquel il contribue est Rocket Ride, qu'il enregistre chez lui avec son ami batteur Anton Fig. Apparemment, à l'époque, le grand public n'était pas au courant des tensions au sein du groupe et les KISS devaient faire comme si tout allait bien...







Pistolet d'Amour



Sorti le 30 juin 1977, l'album n'est même pas premier mais 4ème au classement des charts américain. Toutefois, il deviendra disque de platine, tout comme son prédécesseur et le disque live qui suit. A la même époque, le Gallup Poll, un célèbre institut de sonde américain, indique que KISS est le groupe le plus populaire des Etats-Unis, battant ainsi Aerosmith, Led Zeppelin et Eagle, rien que ça ! Niveau artwork, on retrouve fourni avec la jaquette un pistolet en carton à assembler ! Enfin, ils réussissent l'exploit de performer cinq shows complets au Japon, battant ainsi le record précédemment détenu par les Beattles qui en avaient fait quatre. Ce que c'est que l'américanisation (ou l'anglisation) d'une société... A propos de Japon, voici une anecdote extrêmement amusante que je n'écris pas en-dessous car elle est un peu longue. Par conséquent, cliquez ICI si vous souhaitez la lire.

Côté single, on a tout d'abord Christine Sixteen qui relate le begin d'un vieux barbon pour une jeunette de 16 ans dénommée Christine, le tout chanté par la voix grave et salace de Gene Simmons. Aux vues de l'appétit du Démon pour la chair fraîche, ce choix est on ne peut plus logique. A côté de tous les tubes de rap US (et français) parlant de putes et de salopes à enculer, Christine a davantage l'allure d'une ritournelle gentilment épicée que d'un tube surbservif. Pourtant, plusieurs radios le censurèrent tandis que d'autres qui acceptaient de le jouer ne le firent pas longtemps. Ensuite vient Shock Me (en fait elle n'est pas sortie en single mais on va faire comme si). Entièrement composée et interprétée par Ace Frehley (c'est la première fois), la chanson relate un incident qui lui est arrivé durant la tournée de Rock And Roll Over : ce dernier a subit un choc électrique, ce qui a eu pour conséquence de retarder le concert d'une demi-heure. Il a déclaré ne pas avoir eu de sensation dans la main atteinte durant toute la performance. Autre chanson connue qui n'est pas un single : I Stole Your Love et enfin, LE tube du groupe :



"Tu as appuyé sur la gachette de mon... pistolet d'amouuuur, d'amouuuur"


Komer$$ial



On le sait tous, KISS a toujours eu de grandes ambitions. C'est pourquoi, dés la fin des années 1970, le groupe se mettra à développer un merchandising d'une ampleur encore non égalée à ce jour via l'entreprise de produits dérivé Niocua (Aucoin à l'envers, comme le nom de leur manager Bill Aucoin). En 1977, deux bandes dessinées Marvel mettant en scène les membres du groupe voient le jour. Une légende affirme même que leur propre sang serait mélangé à l'encre rouge utilisée... et elle dit vrai ! La preuve, il existe même un document appelé le "KISS comic book contract" certifiant ceci. Néanmoins une autre rumeur affirme que le bac contenant leur sang servit malencontreusement à l'impression d'un magasine de sport et non pas à celle de la bande dessinée...



En train de donner leur sang afin qu'il soit mélangé à l'encre rouge de la BD


En train de verser leur sang dans le bac à encre de l'imprimante




Si vous tenez absolument à avoir un aperçu de ce chédeuvre, vous devriez cliquer ICI. Autrement, KISS, c'est aussi une multitude de produits allant au-delé de vos rêves (ou cauchemars) les plus fous : pintballs machines, poupées (généralement hideuses), kits de maquillage, masques, fringues extrêêêmement diversifiées, lunchbox, nourriture (oui, vous avez bien lu), mugs, verres... Le mieux est que vous alliez voir vous-même sur le site everythingkiss.com, véritable temple dédié à la gloire commerciale de nos superhéros. En tout cas, j'avoue avoir un faible pour le coffehouse KISS et le jeu de société "KISS on Tour Game". Maman, achète-le moi ! Et achète-moi aussi le Kissopoly, et leur jeu sur PC, et plus vite que ça ! A ce propos, j'en profite pour caser le fait que KISS dispose également de sa propre chaîne de restaurant, Rock and Brews, fondée en 2010 avec l'aide d'un certain Dave Furano, ex-promoteur de tournée des Rolling Stones, Bob Dylan, The Doors etc. A quand une ouverture en France (si possible à Toulouse...) ?

Ce n'est pas fini ! En 1978, les Kissou ont carrément droità leur propre fiction : Kiss contre les fantômes (Kiss Meets The Phantoms of the Park en anglais) ! Je ne vous en dis guère plus car je compte très prochainnement (càd dans trois mois environ, le temps que je finisse leur trop longue biographie) y consacrer un article. Autrement, qui dit merchandising dit Kiss Army ! A l'origine de cette armée de fervents soldats, deux fans, Bill Starkey et Jay Evans, font du forcing auprès de la radio locale de Terre Haute (ville de l'Indiana) pour que celle-ci diffuse les tubes de leurs idoles. Nous sommes en 1975 et le groupe n'a pas encore aquis son statut culte. Furieux de voir que ce gros naze de DJ n'a pas fait suite à leurs exigeances, les deux ados font irruption dans la station de radio et menace le type de subir une attaque de la Kiss Army si celui-ci ne diffuse pas de single des KISS dans la demi-heure qui suit. Comme mon ami Wikipédia l'écrit : "L'ultimatum déclencha le rire, évidemment, du DJ qui fit retourner Starkey et Evans chez lui. Mais ceux-ci revinrent bientôt avec toute la KISS Army devant la station de radio, attirant tous les journalistes et les réseaux télévisions pour découvrir les débuts de la KISS Army et forçant la WVTS [nom de la radio en question] à faire jouer des chansons de KISS."


Une affiche publicitaire de la KISS Army assortie au fond de cet article (pour lire ce qui est écrit dessus, prenez une loupe, ou augmentez le zoom de votre navigateur).

Vous croyez sérieusement à ces sornettes ?? En réalité, si Starkey et Evans se sont bel et bien rendus dans la station de ladite radio, ce qui suivit fut tout autre : face au refus du DJ, ils se tournérent tout simplement vers une radio concurrente qui, elle, accepta de jouer les chansons des Kiss. Quand la WVTS vit que cela marchait, elle leur proposa de revenir vers elle et, en plus de diffuser les tubes du groupe, lire leurs nouvelles, le Kiss Army Letter Of The Day. Toujours selon ma source intarissable, c'est ainsi que naquit réellement le terme. Nos deux héros furent dément récompensés pour leur contribution à la popularité du groupe : "Le 21 novembre 1975, lorsque Kiss donna un concert à Terre Haute, ils apprirent la nouvelle et décidèrent de nommer officiellement leur fan club ainsi."

Il y aurait bien d'autres choses à dire sur l'immensité de la marque KISS mais cet article se fait long et il reste encore quatre décennies à traiter, donc avançons. Le groupe va mal, ça, on le sait. Par conséquent, les musiciens choisissent (à moins que ce ne soit leur producteur et/ou agent qui ait fait ce choix pour eux) de sortir simultanément sous le nom de KISS un album solo chacun de leur côté, en 1978. Celui qui remporta le plus succès fut Ace Frehley avec son hit New York Groove, que je trouve personnellement pas terrible. En revanche, Peter Criss et Gene Simmons firent un véritable flop, bien que le Démon soutienne apparemment le contraire dans sa très prétencieuse autobiographie. De son côté, Paul Stanley ne s'en tire pas trop mal, son opus étant le deuxième plus apprécié après celui d'Ace, ce qui ne m'étonne pas.



Dynasty



Nous sommes à la fin des années 70 et il se trouve que le hard-rock est menacé par une musique qui fait fureur auprès des jeunes branchés : le disco. Malgré l'ennemi qui est de taille (ou pas...), Paul et Gene ne se laissent pas démonter et font appel à Vini Poncia, producteur spécialisé dans la musique de discothèque. Avec lui, ils sortent l'un de leurs albums les plus célèbres : Dynasty, qui contient LE tube de leur carrière :





Pour info, un certain Desmond Child, célèbre producteur-compositeur, a participé à l'élaboration de ce chef d'oeuvre. C'est d'ailleurs suite à ce tube qu'il a gagné ses lettres de noblesse. Il a par la suite continué à écrire pour de très glorieux noms (Scorpion, Aerosmith, Bon Jovi) et pour des noms un peu moins glorieux, comme Tokio Hotel, ou Bonnie Tyler... Tout est censé aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais tel ne fut pourtant pas le cas. Malgré les millions de disques vendus, le succès fulgurant d'I Was Made For Loving You (y compris en France !) et des shows toujours plus grandioses, les tensions s'aggravent entre les quatre rockeurs et le groupe perd progressivement en crédibilité auprès de ses fans hard-rockeurs : le public autrefois composé de rebelles purs et durs fait place à une bande de mêmes accompagnés de papa-maman grimmés comme un soir d'Halloween. Pas très rock'n'roll tout ça... En revanche, ce qui l'est nettement plus, c'est l'interview donné par le Baiser au Tomorrow Show le 31 octobre 1979 (pour Halloween, justement !). On y voit un Ace Frehley complètement défoncé qui enchaîne les blagues toutes aussi nulles les unes que les autres. Pas sér que ça plaise aux parents qui ont amené leurs mioches au concert de KISS... Pour terminer avec cet album, j'ajoute que celui-ci contient un autre tube, devenu aujourd'hui un classique pour toute personne apprenant à jouer de la basse : Sure Know Something, une chanson aux accents étrangement rythm n blues... Chose extraordinaire pour l'époque, elle a bénéficié d'un clip !


Avec une tronche pareille, on comprend qu'Anton Fig n'ait pas été retenu !

Rien ne va plus dans le groupe. Peter Criss, constamment sous l'emprise de drogues et en proie à des problèmes familiaux, est remplacé par un dénommé Anton Fig sur l'album suivant, Unmasked. Cela se fait de façon officieuse puisque le Catman apparaît sur la couverture et que Fig n'est pas crédité. Néanmoins, l'Homme-Chat n'en a plus pour longtemps et se fait "remercier" peu après la sortie de l'album. Fig ne fera pas long feu au sein de groupe et sera vite remplacé par le fantastique M. Renard, j'ai nommé Eric Carr ! Au fait, le single tiré de l'album Unmasked s'appelle Shandi. Comme vous pouvez le voir, bien que l'on soit au tout début des années 1980, celle-ci a un clip, soit un moyen de communication flambant neuf à l'époque. En tout cas, le morceau me fait l'effet d'une de ces chansons quelconques qui servent de fond sonore pour les supermarchés ou les longs trajets...

A présent, parlons d'un sujet important : Eric Carr ! Le bel homme fut officiellement introduit au sein du groupe via l'émission d'ABC Kids Are People Too ! et joua pour la première fois avec le reste de la bande le 25 juin 1980 au Palladium Theatre, à New York City, ville du groupe par excellence. Pour revenir à l'émission, comme vous vous en doutez, celle-ci est destinée à un très jeune public, ce qui conforte le fait que KISS semble être davantage devenu une bande d'amusants épouvantails plutôt que de dangereux hard-rockers... Enfin, Mr. Carr y est présenté avec son fameux maquillage de renard, qui n'est cependant pas le premier qu'il ait eu. En effet, il fut tout d'abord grimmé en faucon, mais Paul trouva qu'il ressemblait bien plus à un poulet qu'à un majestueux rapace (et il avait raison).






On dirait une mascotte de supermarché déguisée pour Halloween...

Le disque qui suivit, Music From "The Elder" (1981), fut un désastre. Il s'agit d'un album-concept narrant plus ou moins une "histoire" et censé servir de bande-son à un film qui ne verra jamais le jour... Ses singles (potentiels) sont The Oath et A World Without Heroes, dont on note le changement de coiffure de Gene (affreux) et de Paul (pas mal) dans le clip. L'album sera unanimement boudé.

En plus de cela, Ace Frehley n'est pas content. Pas content de la direction musicale qu'a pris le groupe, pas content du fait que Bob Ezrin, qui a produit le naufrage précédemment cité, ait tronqué, voire supprimé, la plupart de ses parties guitares. Pour couronner le tout, Ace est victime d'un accident de voiture qui l'immobilise durant de longs mois et le fait sombrer davantage dans l'alcool, en plus d'un goût prononcé pour les médicamments. Entretemps, le groupe sort une compilation, Killers (mai 1982), puis s'attelle à l'enregistrement d'un nouvel album avec la ferme intention de revenir au bon vieux hard-rock qui tâche afin de reconquérir ses fans de la première heure. problème : plus d'Ace. Parmi tous les guitaristes qui défilent au gré des pistes du disque, un seul retient l'attention : Vincent Cusano, alias Vinnie Vincent. Il ne parviendra pas sur le devant de la scène pour autant. Ace est en effet présent sur la couverture de l'album, prend part à la tournée promotionnelle qui suit sa sortie et apparaît même dans le clip du gigantesque tube I Love It Loud. Au fait, l'album en question, c'est Creature Of The Night (octobre 1982), les fans l'auront deviné.

Deux mois après sa sortie, Vinnie devient officiellement le remplaçant d'Ace. Ce dernier tenait absolument à garder son vrai nom, qui sonne plutôt bien d'ailleurs, mais Gene refusa, jugeant qu'il faisait "trop ethnique" (sic). Paul se chargea ensuite de lui créer un personnage, appelé The Wiz, The Egyptian Warrior ou encore The Ankh Warrior (je vous montrerai des photos quand on sera arrivés en bas des deux images d'Eric Carr). Vinnie étant connu pour avoir un égo surdimensioné, des tensions naquirent vite entre lui, Gene et Paul. Viré à la fin de la tournée promotionnelle de Creature Of The Night, ils dûrent le réembaucher, faute d'avoir d'autres musiciens sous la main. En sa charmante compagnie, ils enregistrérent l'album Lick It Up (1983) dont le single du même nom, composé par Vinnie, sera un vrai succès commercial. Autre nouveauté importante : le jour de la sortie de l'album, ils apparaissent pour la première fois à visage découvert lors d'une émission MTV. Selon certaines mauvaises langues, ils auraient mieux fait de garder leur maquillage... Ils sortirent également All Hell's Breaking Loose comme single, aux riffs bien plus marquants que ceux de Lick It Up selon mon humble avis.

Vinnie Vincent ne fera pas long feu au sein du groupe et sera viré après la tournée promotionnelle de l'album, en partie à cause d'un solo excessivement endiablé (et égocentrique) exécuté lors d'un concert au Québec en 1984 (voir ici). La goutte d'eau prétencieuse qui fait déborder le vase orgueilleux... Vinnie ne baissera pas les bras pour autant et fondera avec d'autres beaux glameux le tout en modestie Vinnie Vincent Invasion, dont je reparlerai ultérieurement. Par ailleurs, la voix de leur chanteur, Mark Slaughter (que de rimes...) atteint des hauteurs rarement égalées (voir ce très bon article à ce sujet). Attention les vitres...

Un professeur de guitare dénommé Mark Norton mais plus connu sous le nom de Mark St. John fut désigné pour remplacer Vinnie. Plutôt maudit par le destin, Mark ne demeurera que 7 mois au sein du groupe dont il ne garde pas un bon souvenir, celui-ci voyant sa personnalité et sa créativité étouffée par les patrons tyranniques que sont Paul Stanley et Gene Simmons. Il restera le temps d'enregistrer Animalize (1984), leur 12ème album à la couverture si glamour (voir en-dessous). S'il se vendit comme des petits pains et fut certifié disque de platine aux Etats-Unis, il n'en est pas moins décrié pour son côté trop commercial tant par les fans et que les chroniqueurs musicaux. De plus, le groupe connait une fois de plus des tensions à cause du manque d'implication de Gene Simmons, trop occupé par le tournage du film de série B Runaways : L'Evadé du futur et par la production du groupe de chevelus Black n Blue, que l'on est en droit de considérer d'égale qualité au film précédemment cité... Fait intéressant, un certain Tommy Thayer y a officié en tant que guitariste, clavier et choriste pendant des années. OH MON DIEU (une fois de plus) TOUT EST LIE !





Un petit retard à rattraper au niveau des photos :

Vinnie Vincent grimmé en guerrier égyptien
KISS durant leur ère soi-disant sans maquillage. On va dire qu'ils ont remplacé leur masque blanc par un masque couleur chair...


Copain-copain ? (Mark et Paul, notez la ressemblance du guitariste maudit avec Tom Keifer de Cinderella...)


Un fond d'écran idéal pour une future page de mon site


Mr. St. John n'apparaitra que dans le clip d'Heaven On Fire, devenu rapidement un classique du groupe, qui passe alors en boucle sur MTV. On y voit un Paul Stanley plus bondissant et frétillant que jamais, un Gene Simmons sexuellement affamé (je dois reconnaitre qu'il est bien plus beau que Paul, mais pas intérieurement), un Eric Carr dont le costume zébré a visiblement tapé dans l'oeil de Masayoshi Yamashita, le bassiste de Loudness, (cherchez des photos et vous verrez) et un Mark St. John bien plus mignon en vidéo qu'en photo (bien qu'il soit loin d'être moche en image). Sur le clip suivant, Thrills In The Night, ce dernier a mystérieusement disparu, pour laisser place à Bruce Kulick dont le fréro Bob Kulick avait déjà collaboré sous le manteau avec le groupe pour remplacer Ace Frehley pèriode Alive II. La raison de cette soudaine absence ? Une maladie très rare qu'a contracté ce pauvre Mark, le syndrome de Reiter, qui lui paralyse les mains et l'empêche de jouer ! Mark aura beaucoup de mal à assurer la tournée européenne qui suit et sera régulièrement remplacé par Bruce lorsque la douleur devient insupportable. Il arriva même que les guitaristes se partagent le set lors d'un concert en 1984 à Baltimore : Bruce intervint sur les six premiers titres et Mark sur les six derniers ! Il assure intégralement les deux concerts suivants mais sa performance faisant de l'ombre è ses patrons, ceux-ci lui font comprendre qu'il devrait faire profil bas. D'ailleurs, ils finissent par lui préférer Bruce, plus docile et soumis. Mark comprend qu'il n'a plus sa place au sein du groupe et s'en va de lui-même afin de rejoindre sa Californie natale, laissant derrière lui ses brèves heures de gloire.


"Salut, moi c'est Bruce, le remplaçant de Mark. J'en ai pas l'air comme ça mais à c'qui paraît je suis docile et soumis, c'est le numéro spécial KISS de RockHard qui le dit !"


L'année suivante, KISS revient avec le très commercial Asylum dont sont extraits trois tubes qui tournent en boucle sur MTV : Uh! All Night, Who Wants To Be Lonely ("Tooo tooo toooo tonight !") et Tears Are Falling. Il n'y a pas grand chose à signaler, si ce n'est la laideur extrême des costumes que Paul Stanley aborde fièrement dans les vidéos et l'introduction du clip de Qui Veut Etre Tout Seul qui atteint des sommets de ridicule et de kitscherie dont même le groupe pailleté Poison aurait eu honte. En tout cas, ça plait aux fans qui en redemandent, si bien que la tournée promotionnelle de l'album est prolongée aux Etats-Unis. A force de voir des glameux se trémousser à la télé, leur bon goût a dû se déformer, tout comme le mien d'ailleurs. Autrement, afin de rester au sommet, les Bisous rose fluos font appel au producteur Ron Nevison et sortent Crazy Nights en 1987. Ce titre est-il un hommage caché au tube de Loudness sorti deux ans plus tôt ? Voilà une question dont je n'aurai jamais la réponse, d'autant plus que je ne me donne même pas la peine de la chercher. La recette reste en tout point la même, si ce n'est avec l'introduction d'un clavier au sein des compositions. Le single le plus connu est Crazy Crazy Nights, la seule chanson de l'album à être encore jouée en live après la tournée promotionnelle de rigueur. Il est suivi de la soupe Reason To Live et du bouillon Turn On The Night. Si Paul a revu ses goûts vestimentaires à la hausse, il n'en va pas de même avec sa façon de se dandiner dans les clips toujours aussi... comique.


Vous souhaitez devenir un glameux accompli qui ferait passer Nikki Sixx et Olli Herman pour de sombres ploucs ?
Prenez des leçons de bon goût avec Paul Stanley !


De tous les pas de danse, on retiendra celui qui consiste à se donner des tapes sur le derrière ! Y a que comme ça qu'on emballe les meufs !


Découpez le bout des doigts de vos gants de vaisselle et ajoutez-y des franges ! Effet garantit !


N'hésitez pas à aveugler les gonzesses avec cette veste étincellante qui brille de mille feu !


Les gants de vaisselle verts fluos et la veste rose fluos sont aussi des valeurs sûres !


Surtout si l'on a pensé à y ajouter un T-shirt jaune fluos pailleté pleins de couleurs !


Fin de la leçon




Après avoir sorti la compil' Smashes, Trashes And Hits, qui contient quelques inédits dont on (je) me fous royalement, KISS est de retour avec Hot In The Shade en 1989. L'album semble être un échec jusqu'à ce que la Power ballad (j'aime cette expression) Forever sorte en single. En dépit de goûts vestimentaires étonnamment bons, d'un Paul Stanley qui ne se dandide pas du derrière et d'une mise en scène minimaliste, le clip fait un tel tabac sur MTV qu'il en devient la vidéo la plus demandée. Les fans se lasseraient-ils des kitscheries multicolores du glam metal ? En cette fin des années 1980, on peut se permettre de le croire... L'autre titre à succès est le potage Hide Your Heart, une "reprise" d'un tube mineur de Bonnie Tyler sorti un an plus tôt, que cette dernière était allée grapiller parmi les chansons recalées de l'album de KISS Crazy Night. Enfin, on nous sert le brevage insipide Rise To It.



La mort du petit Renard : tragédie et polémique



Pour leur album suivant, le groupe réengage Bob Ezrin à la production. Malheureusement, avant qu'ils n'aient pu commencer à enregistrer leur prochain succès, une tragédie tristement célèbre dans l'histoire du groupe se produit. Eric est découvert avec tumeur dans le coeur. Celle-ci est rapidement enlevée, mais d'autres tumeurs sont découvertes plus tard dans ses poumons. Après avoir subi une chimiothérapie, il est guéri du cancer. Cependant, hélas, en ce triste mois de septembre 1991, il subit une première hemorragie cérébrale, suivie d'une seconde en novembre qui lui sera fatale. Eric est officiellement décédé le 24 novembre à l'âge de 41 ans. Paix à son âme.

Si comme moi vous aimez perdre votre temps sur le net en entrant dans Google les termes "Paul Stanley" suivi d'"Eric Carr", vous aurez probablement dans la liste des choix "Paul Stanley hated Eric Carr". A ce moment-là, vous tomberez sur tout pleins d'articles très méchants qui affirment que ces vilains pourris de fric et sans scrupule que sont Paul et Gene ont viré le pauvre pur et innocent Eric Carr alors qu'il avait déjà un pied dans la tombe car ils avaient un album à enregistrer et une tournée à assurer. Monstres ! Bêtes immondes ! ... Cela dit, pas si vite... Une enquête un peu plus appronfondie menée en quelques clics nous apprend que bien évidemment, les choses ne sont pas si simples. Gene Simmons, gage de vérité et d'objectivité en ce qui concerne le groupe *ironie*, a déclaré les paroles qui s'ensuivent lors d'une tournée en solo qu'il a menée en Australie en 2002 :

"Tout d'abord, lorsqu'Eric s'est mis à tousser du sang, on l'a envoyé vers les médecins [chargés du groupe] KISS. ça n'avait pas l'air sérieux. Il fallu attendre qu'Eric subisse une opération du coeur pour que les tumeurs soient découvertes. Paul et moi-même étions alors les seules personnes à ses côtés, et on lui a laissé tout le temps du monde pour qu'il puisse guérir et rejoindre le groupe. Hélas, le cancer s'est propagé et l'on a su ensuite qu'il en avait seulement pour quelques mois. On s'est assis avec Eric et on lui a dit que le groupe devait continuer à aller de l'avant, ce qui correspond au moment où nous avons recruté Eric Singer et annoncé à Eric Carr qu'il avait été remplacé. Eric était certainement/particulièrement [*j'hésite pour la traduction du mot "definitely", donc interprétez ça comme vous le voulez"*] contrarié par cette décision. Quand il est sorti de l'hôpital et que nous avons tourné la vidéo de God Gave Rock and Roll to You, il a demandé s'il pouvait en faire partie, ce à quoi nous étions obligés [de répondre par l'affirmative]. Eric a vraiment dû lutter pour remplir les exigences du clip et a [quand même] fini par y arriver. Malheureusement, il est décédé peu de mois après." (source)


Un si beau regard cerné de noir... hélas éteint à jamais.

Alors, fired or not ? Eh bien... pas vraiment. Malgré la discussion mentionnée plus haut, Eric n'aurait jamais été officiellement renvoyé et les choses seraient toujours demeurées dans le flou artistique le plus total. Disons qu'aucun papier n'aurait été officiellement signé et sans lesdits documents, Eric reçevait toujours son salaire et était encore couvert par les aides (la sécu version américaine ou quelque chose comme ça).

En conclusion, Paul et Gene méritent-ils tant de haine pour avoir remplacé Eric par Eric Singer et assuré cette foutue tournée malgré tout ? A mon humble avis, non. Ils ont visiblement fait ce qui était en leur pouvoir pour Eric et qu'ils effectuent leur tournée ou qu'ils l'annulent, cela n'aurait pas changé grand chose au sort de ce pauvre Mr Fox. De plus, selon les dires de Gary Corbett, claviériste connu pour avoir joué au sein du groupe Cinderella et ami du Renard, la famille du batteur se montrait très avare en nouvelles quant à sa santé envers eux et les membres du groupe n'étaient plus autorisés à venir lui rendre visite à l'hôpital après qu'il ait eu son hémorragie en septembre 1991. Comme l'a si bien dit Larry Mazer, manager du groupe : "Pour avancer, il fallait prendre une décision, et le problème ne pouvait être traité d'aucune façon plaisante".




RIP beau Renard



A peine trois mois après le décès d'Eric, le groupe se remet au travail pour un nouvel album, toujours avec Ezrin à la production. Il en résulte Revenge (mai 1992), dont les tubes sont - outre God Gave Rock and Roll to You - Unholy, Domino et I Just Wanna. On remarquera que la vague grunge est passée par là. Autrement dit, les fringues roses fluos et les décors tout aussi kitsch de la période Asylum font désormais place à des sets épurés et à des habits à peu près sobres. On notera que si Paul ne renie pas pour autant sa part de féminité, Gene se "virilise" en se laissant pousser barbe et moustache. Enfin, pour la première fois dans la Kisstory, un blond est admis au sein du groupe ! Il s'agit bien entendu d'Eric Singer, le remplaçant de feu Eric Carr.



"Salut, moi c'est Eric Singer. Je suis le remplaçant d'Eric Carr et le premier membre de KISS blond !"


Un homme, un vrai... ou presque


Autre surprise : le groupe réengage Vinnie Vincent, mais à l'écriture des chansons "uniquement", ce qui n'est tout de même déjà pas mal. Néanmoins, la confrontation des égos fait que les choses se gâtent entre Vinnie et les deux leader de KISS qui lui reprocheront de "recommencer à avoir des exigences de cinglés et d'en venir à des trucs fous" (désolée pour la traduction de cette citation, je ne suis pas encore bilingue...).

Suite à cet album, le groupe s'offre le luxe de se reposer sur ses lauriers et de contempler la légende qu'il a réussi à créer en 20 ans de carrière. S'ensuivent donc une tournée en 1992 aux Etats-Unis qui sortira en album sous le nom d'Alive III, leur intronisation au RockWalk of Fame à Hollywood le 14 mai 1993, un album hommage dans lequel divers artistes reprennent les chansons du groupe à leur sauce (citons la version funky de Deuce par Lenny Kravitz et Stevie Wonder), un énoorme pavé biographique de 440 pages, le Kisstory, relatant la légende du groupe de leurs difficiles débuts à 1995 et une gigantesque tournée sous forme de convention la même année, le KISS Convention Tour. Au programme : des expositions de vieux costumes, instruments et objets en tout genre, des performances de groupes tribute et des marchands de produits dérivés de toutes les périodes de leur émission. En plus de cela, les membres de KISS, présents, participent à des sessions de questions/réponses avec le public, signent des autographes et ont effectué un concert accoustique de deux heures durant lequel ils jouaient des morceaux spontanément réclamés par le public. MTV en profita même pour filmer une des performances et la diffuser dans le cadre de sa célèbre émission MTV Unplugged. Enfin, à la grande surprise des fans, Peter Criss fit une apparition lors de la première date aux USA durant laquelle il interpréta Hard Luck Woman et Nothing To Lose.


Peter et Paul sur scène lors du KISS Convention Tour.


Ce que Wikipedia ne dit pas, c'est que Vinnie Vincent était aussi de la partie...


Peu de temps après le concert Unplugged, le groupe retourne en studio et sort Carnival of Souls: The Final Sessions en février 1996. L'album, orienté grunge, est le dernier sur lequel Bruce Kulick jouera. Le disque rencontre un piètre succès et n'a qu'un seul et unique single qui ne bénéficie même pas d'un clip, Jungle.


Réunion


Suite à cet échec, un grand événement va venir bouleverser la KISS Army tout entière. Cela faisait depuis des mois que la rumeur circulait, qu'on se la répétait entre copains et que les plus nerds d'entre nous en discutaient même via les premiers forums en HTML/CSS moche sur ce nouvel outil d'une lenteur exaspérante que l'on nomme Internet. Oui mes amis, vous l'avez deviné, KISS, le vrai, l'original, l'originel, est de retour !

"Vous savez à quoi ressemblaient les Grammys [Awards] avant, tout ces gens a l'air coincés avec des cravates... Tout le monde a l'air fatigué. Pas de surprises. On en a marre de ça. On a besoin de quelque chose de diffèrent, de nouveau, on a besoin de choquer les gens... Alors choquons les gens !"

C'est avec cette citation que Tupac Shakur (oui, vous avez bien lu) introduisit le groupe KISS sous sa forme originale lors de la cérémonie des Grammys Awards du 28 février 1996. Les quatre membres apparurent alors, enfin réunis aprés tant d'années de séparation, les costumes de la très glorieuse et légendaire ère Love Gun sur le dos. Peu de temps après, le 16 avril de la même année, le groupe donna une gigantesque conférence de presse simultanément diffusée dans 58 pays. même notre président ne doit pas en faire autant avec les siennes ! Durant celle-ci, ils annoncèrent leur prochaine tournée à venir, dont 40 000 tickets furent vendus en 47 minutes pour la première date. A une époque où il n'y avait pas Digitick, ça devait être une sacrée galère...


Ace a pris un sacré coup de vieux... et de bide.

Suite à cette gigantesque tournée dont le point culminant se situe au Tiger Stadium de Detroit devant 40 000 fans, les 4 membres originaux sortent un album ensembles, ce qui n'était guère arrivé depuis 1979 avec le cultissime Dynasty. Son nom : Psycho Circus (septembre 1998). Comme vous vous en doutez, l'accent est mis sur la réunion, mais en réalité, la participation d'Ace et Peter est assez minimale : la plupart des partie guitares sont assurées par Tommy Thayer (futur musicien du groupe) et les sessions batteries sont enregistrées par un parfait inconnu répondant au nom de Kevin Valentine. De là à dire que nous avons à faire à de la publicité mensongère, il n'y a qu'un pas... L'album est un énorme succès et comporte 4 singles : le très entraînant titre éponyme (nominé aux Grammy Awards dans la catégorie "meilleure chanson hard-rock de l'année"), le terriblement quelconque We Are One, le sirupeusement écoeurant I Finally Found My Way et l'un peu moins mou du genou You Wanted The Best. Je vous laisse le soin d'apprécier les effets spéciaux délicieusement laids dépassés du clip éponyme. Personnellement, je trouve que dans le même genre, la vidéo pour Dope Hat de Marilyn Manson, pourtant sorti 5 ans plus tôt, est largement plus réussie (je savais bien que j'allais parvenir à caser mon ancienne idole quelque part !). Le groupe part ensuite pour une gigantesque tournée, le Psycho Circus Tour, est introduit au Hollywood Walk Of Fame le 11 août 1999 et trouve même le moyen de collaborer avec le Championnat du Monde de Catch pour produire un catcheur grimmé en Gene Simmons répondant au nom de Démon ! En guise d'introduction du personnage, ils jouèrent le titre God of Thunder lors de l'émission pour un cachet de... 500,000 $ ! Un montant indécent à mon goût de française "socialiste", surtout quand j'entend que la performance a été un flop total ! D'ailleurs, j'ai cru comprendre que le sportif en question n'avait pas fait long feu... Encore un coup à la Gene Simmons et à sa soif de fric, tout ça !

En ce début de XXIème siècle, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les honneurs, plus grandioses les uns que les autres, s'enchainent pour les Bisous. Prêts pour la liste ?

  • Décidément infatigables, ils s'embarquent dans une énième tournée en mars 2000. Son nom ? The Farewell Tour, qui signifie la tournée d'adieu. On y croit, les gars, on y croit...

  • Non contents d'avoir fait une tournée extrêmement lucrative, la bande clôture les J.O et le SuperBowl de 2002 (la coupe de football américain mondialement suivie aux Etats-Unis). Rien que ça...

  • En juin 2000, des développeurs sortent le jeu d'ordinateur pour riches KISS: Psycho Circus: The Nightmare Child. Pourquoi pour riches ? Parce que vous conviendrez qu'à l'époque, avoir un PC n'était pas donné à tout le monde. Le jeu sortira néanmoins un an après sur console Dreamcast (un truc qui appartient à SEGA). Il consiste en un shoot 'em up à la première personne qui implique un groupe hommage de nos héros recevant tout à coup des superpouvoirs. Chic, voilà une nouvelle super-idée à soumettre au Joueur du Grenier pour ses vidéos !

  • Le groupe étant censé se séparer suite au Farewell Tour (rires), les quatre nous pondent un best of géant de 94 morceaux répartis sur 5 disques en guise d'adieu aux fans (gloussements). Pour couronner le tout, c'est à ce moment-là que le quatuor (du moins ses deux têtes pensantes et leurs sbires dans le commerce/marketing) met sur le marché son fameux KISS Kasket, un de leurs produits dérivés les plus outrageux. Les nuls en anglais se demanderont en quoi une casquette peut bien faire l'objet de scandales, car après tout, il s'agit d'un item on ne peut plus basique. Hé bien, chers cancres, voyez-vous, nos amis d'Outre-Manche ont baptisé de la sorte ce que nous, nous appelons sinistrement "cerceuil". Avouez que l'appellation française évoquement bien davantage la situation pour laquelle on à recours à l'objet... Gene Simmons, probablement à l'origine de cette idàe douteuse puisqu'après tout c'est lui le Démon, aura la phrase suivante à propos du nouveau joujou de chez KISS Inc. : "J'adore vivre, mais cela donne à l'alternative un aspect plutôt fun !". Je me demande ce que Dimebag Darrell, qui s'y est fait insinéré, en pense... (pour les incultes, il s'agit de l'ancien guitariste de Pantera).

  • Distinction (quasi-)suprême : en 2004, KISS a reçu les honneurs de l'Académie Nationale des Enregistrements Artistiques et Scientifiques lors de leur cérémonie de remise de récompenses, la "Heroes Award Ceremony". L'Académie étant divisée en 12 branches réparties dans tous le pays, c'est donc celle de New-York qui s'est chargée de récompenser le groupe. S'ils ne sont pas parvenus à décrocher le suprême, l'ultime trophée, le Graal que tout auteur-compositeur-interprète doit rêver d'avoir, à savoir le Lifetime Achievement Grammy Award, ils ont tout de même eu droit au seconde prix. Peu mieux faire... Ah oui, dernière précision, les sommes receuillies lors de l'événement ont été reversées à des associations venant en aide aux familles des victimes des attentas du 11 septembre. C'est pas mignon tout ça ?


Gene, Tommy, Eric et Paul.

Assez d'honneurs ! En effet, comme rien n'est jamais parfait, il fallait bien qu'il y ait quelques fausses notes au creux de cette merveilleuse ascension musicale. Elle vinrent tout d'abord du côté de Peter Criss, qui se jugeait victime de discriminations salariales. Selon ses dires, son cher collègue Ace Frehley était mieux rémunéré que lui. Par conséquent, Peter claque la porte en janvier 2001 (il n'aurait donc pas joué lors des J.O et du SuperBowl) et est remplacé par ce blond d'Eric Singer, qui n'est d'ailleurs plus très blond à ce moment-là car il se coiffe et se grimme exactement de la même manière que le Catman pour les concerts, ce qui n'est pas du goût de tous les fans.

Comme vous vous en doutez, les choses ne tardèrent pas non plus à se gâter entre Ace Frehley et Gene Simmons. A ce sujet, la célèbre encyclopédie en ligne raconte : "Les relations se tendentà l'extrême entre Gene Simmons et Ace Frehley, à tel point que leurs querelles s'invitent jusque sur scène : lors de la troisième représentation donnée à Melbourne, Simmons, agacé de voir Frehley prendre des initiatives lors d'une séquence d'improvisation, dit au micro, désignant le guitariste de la main : "qu'est ce que le groupe d'Ace Frehley veut jouer ensuite ?!". Ce dernier enchaîne alors avec le riff de la chanson Rocket Ride, que Simmons s'avère être incapable de jouer, en lançant un regard narquois en direction du bassiste" (voir la vidéo ici, le rififi commence à partir de 4:25). De plus, pour Ace, le groupe était réellement censé se séparer suite au Farewell Tour. Seulement, Gene et Paul par l'appât du gain aléchés souhaitaient prolonger la tournée de plusieurs dates. Ace, pas d'accord, décida que cela se ferait sans lui. Il fut donc remplacé par Tommy Thayer, un nom que nous avons déjà vu un peu plus haut... vous ne souvenez pas ?... mais si voyons ! Le guitariste et clavier du groupe de hard rock de 10ème catégorie (Black n Blue) produit par Gene Simmons, c'est lui ! A l'instard d'Eric Singer, Tommy s'habille et se maquille comme Frehley, ce qui sera loin de faire l'unanimité au sein de la Kiss Army.



"Anniversaires, mariages, bar-mitzvah : payez-vous les meilleures blagues de Tommy Thayer !"


Post-réunion



Après avoir achevé leur tournée d'adieu (rires), les KISS, désormais amputés de deux de leurs membres originaux, donnent un concert privé en Jamaïque, apparaissent dans la sitcom américaine That '70s Show et enregistrent un nouvel album live lors d'un concert en Australie à Melbourne en compagnie de l'orchestre symphonique de la ville. Le disque s'intitule KISS Symphony: Alive IV with the Melbourne Symphony Orchestra. Ensuite, l'inévitable se produit : nos chers et tendres décident de repartir en tournée aux côtés d'Aerosmith. Quelle surprise ! Avouez que vous ne vous y attendiez pas à celle-là ! C'est à d'ailleurs à partir de cette tournée que Thayer et Singer deviennent des membres permanents du groupe, bien que ce soit Peter qui ait joué lors des concerts. Paul et Gene ne renouveleront toutefois pas son contrat, qui expire en mars 2004.

La même année, les Bisous embarquent pour le fort patriotique Rock The Nation Tour avec Poison en première partie. Petite parenthèse : véritables opposés de Marilyn Manson (encore lui !) qui critique les USA dès qu'il le peut, les KISS - du moins Paul et Gene - ne manquent jamais une occasion de clamer leur amour de la patrie, en tout cas à partir des années 2000. D'ailleurs, cela fait depuis pas mal de temps que les deux Juifs apportent leur soutien à l'armée américaine. Non content de venir jouer auprès des militaires, ils ont carrément décidé d'engager des vétérans en tant que roadies pour leur nouvelle tournée au nom très évocateur, le Freedom To Rock Tour, dont le but est d'ailleurs de lever des fonds pour la fondation "Hiring our Heroes" ("Engager nos Héros"). Dans ce cadre, ils embauchent à chaque nouvelle ville un militaire en service. En plus de cela, ils prennent 5 minutes à chaque concert pour rendre hommage aux soldats en compagnie des dirigeants locaux et des chefs de l'armée. A ce propos, Gene Simmons s'est montré très favorable à l'intervention des Etats-Unis en Irak en 2003. Voici quelques extraits du message qu'il avait alors diffusé sur le web :


Le groupe en présence du colonnel Adam Willis et de la garde des vétérans des guerres étrangères le 22 août 2016 à l'occasion du Freedom To Rock Tour.

"[...] Je suis passionné par l'Amérique. Elle m'a donné (et, d'après mes estimations, elle a aussi donné au reste du monde) tout ce que j'ai toujours voulu, notamment le droit d'être en désaccord [...]. Et, parce que j'aime passionnément l'Amérique, [...] je me lèverai et la défendrai [...]. L'Amérique a-t-elle toujours eu raison ? Non. Mais il semble qu'elle ait eu le plus souvent raison depuis prés de 100 ans. La plus grande force du monde n'est pas en train de conquérir les autres pays. [...] Mais, mis à part les français qui se plaignent (ne le font-ils pas tout le temps ? [Note : connard !]) à propos de l'afflux de la culture américaine, je ne vois pas l'Amérique étendre ses frontières... Tous les pays du monde sont libres de se gouverner eux-mêmes [...] tant qu'ils ne menacent presonne. Les Irakiens sont libres. Je suggère quiconque ayant un problème avec cette guère d'aller discuter avec les Irakiens. Demandez-leur s'ils préfèrent la liberté (même au prix de ce qui semble être tout d'abord le chaos) ou s'ils préfèrent que Saddam Hussein revienne et reinstalle ce qui se faisait avant. [...] L'Amérique est le seul et unique espoir du monde pour un avenir meilleur. [...] Oui, je sais que vous vivez dans un autre pays et que votre pays est cool aussi. Mais l'Amérique est le seul Superpouvoir. Il n'y en a pas d'autres. Et cela signifie que le monde est plus agréable à vivre. Car si l'Allemagne Nazi ou la Russie étaient les seuls superpouvoirs, nous serions soi morts, soi forcés à vivre sous leur régime. L'Amérique n'a pas envie de gouverner votre pays. Si vous pensez que c'est le cas, fumer du crack serait peut-être votre réponse. [...] si vous avez un problème avec l'Amérique, VOUS AVEZ UN PROBLEME AVEC MOI."


Source : freerepublic.com

En tant que française, je ne peux m'empêcher de trouver ce discours d'une naïveté touchante. Pour les ignorants (comme moi), George W. Bush avait déclaré la guerre à l'Irak sous pretexte que le gouvernement de Saddam Hussein avait menacé les Etats-Unis et leurs alliés avec des armes de destruction massive. De plus, certains affirmaient que Hussein était en liaison avec Al-Quaida tandis que d'autres, en bons Américains, souhaitaient mettre un terme à la dictature et apporter la démocratie aux Irakiens. Problème : après l'invasion, aucune preuve au sujet de la menace n'a été trouvée... Néanmoins, plusieurs votes ont été effectués auprès de la population irakienne après l'intervention et il apparait que dans un premier temps, les irakiens étaient majoritairement favorables à l'intervention des USA. Les avis se sont rapidement partagés : une moitié souhaitaient que les troupes se retirent le plus vite possible tandis qu'une autre moitié pensait que cela aurait un effet négatif. Enfin, selon un sondage de 2006, 52% des irakiens jugeaient que le pays allait mieux depuis tandis que 61% trouvaient le pays pire que du temps de Saddam Hussein. Gene Simmons n'aurait donc pas tout à fait tort...

Fin de la parenthèse. Je pourrais continuer pendant plusieurs paragraphes sur les déclarations souvent controversées du Démon en matière de politique et sur les actions patriotiques de nos chers Baisers mais mon article est déjà trèèès long donc je préfère vous laisser chercher de votre côté. dernière chose : pour ceux qui, comme moi, ont du mal à comprendre les raisons de l'engagement de Paul Stanley auprès des vétérans, voici une interview où il s'explique (en anglais). Choc culturel garanti.

Suite au Rock The Nation Tour, les KISS ne donnérent qu'occasionnellement des concerts et participèrent à divers événements importants dont j'ai la flemme de vous parler car ils ne sont à mon goût pas si important que ça (et car cet article devient beaucoup trop long). Chose bien plus intéressante : Paul Stanley eut divers problèmes de santé entretemps. Le 27 juin 2007, le Starchild dû se faire hospitaliser à cause d'une subite accélération cardiaque. Conséquence : le groupe joua à trois, une première dans la Kisstory. Avant cela, en octobre 2004, il se fit opéré de la hanche gauche. Celle-ci connu hélas des complications qui l'amenèrent à une deuxième opération en décembre de la même année. Une troisième intervention serait même nécessaire. La raison ? Les centaines de concerts perchés sur des platform boots de 20 centimètres... Pour en finir avec les petites bobos, Paul s'est fait opéré des cordes vocales en 2011 et a souffert durant une bonne partie de sa vie de microtia, une déformation de l'oreille le rendant quasiment sourd du côté droit. Il s'est fait opéré depuis (quand ? Je l'ignore et j'ai la flemme de chercher) et soutient la fondation Mending Kids qui a pour vocation de venir en aide aux enfants atteints par la même maladie.



Paul rend visite aux enfants dans le cadre de son soutient pour la fondation Mending Kids.




Retour en studio


En 2007, des gens qui n'ont décidément que ça à faire (et tant mieux !) sortent une nouvelle série de comic books sur le groupe en 10 numéros : KISS 4K: Legends Never Die. Les bandes dessinées narrent les aventures de Demon, Starchild, King of All Beasts (?) et Celestial (??), les deux derniers étant des versions revisitées et bien moins sympathiques du Catman et du Space Ace. Voici en quoi consiste le résumé du premier numéro : "Une belle et mystérieuse silhouette révéle à chaque membre de KISS qu'ils portent en eux les esprits des guerriers protecteurs du monde du 4K (ne me demandez pas ce que c'est, je l'ignore). Seulement, n'ont-ils pas appris cet incroyable secret trop tard (suspens insoutenable) ? Venez découvrir cette aventure épique et tentaculaire à mesure que les réalités s'effondrent et que le Demon, le Starchild, le King of All Beasts et le Celestial amènent un univers inédit de KISS !" Eh ben, ça promet...



Un comic au visuel plus sombre que celui des années 1970, à mon humble avis bien moins séduisant que son prédécesseur.


L'année suivante, le quatuor embarque à nouveau pour une gigantesque tournée, le KISS Alive/35 World Tour, qui concerne l'Europe, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Ils la poursuivront ensuite en Amérique du Nord, puis du Sud, effectuant par là même leur tout premier concert au Pérou et au Vénézuéla... Un nombre incalculable de shows plus tard, voilà que Gene et Paul confirment la rumeur : un nouvel album aura bien lieu. Le Starchild ajoute à cela qu'il en sera lui-même le producteur et que l'album sonnera comme un disque de KISS des 70s. Son nom ? Sonic Boom. Propulsé par le single Modern Day Delilah, l'album sort en octobre 2009 et reçoit des avis très positifs. Ses autres singles sont Say Yeah et Never Enough, dont les couplets constituent presque un plagiat de Nothing But A Good Time de Poison. Comme je vous ai balancé de sacrés paquets de texte avant, je me rattrape en vous mettant encore une image (et une vidéo) :


Un bon gros riff qui tâche, un début de vidéo tout simplement épique... KISS a enfin arrêté de faire de la soupe !

Suite à l'album, le groupe enchaîne deux tournées : tout d'abord, en septembre 2009, le KISS Alive/35 North American Tour, puis le Sonic Boom Over Europe Tour à partir de mai 2010, au cours duquel ils jouérent pour la toute première fois en Slovaquie. Deux tragéries eurent lieu durant cette période. Lors d'un concert au Canada, une barre de projecteur prit soudain feu. La sécurité se chargea aussitôt de l'éteindre et pendant ce temps le groupe en profita pour interpréter Firehouse. Personne ne fut blessé et le concernt continue normalement. La deuxième tragédie implique la mort de Bill Aucoin, ancien manager de KISS que ces derniers considéraient comme le cinquième membre du groupe. Ce dernier mourru d'un cancer de la prostate le 28 juin 2010 à l'âge de 66 ans. Pour clôturer le tout, durant ce que je devine être un rare instant de répis, Gene Simmons se rendit en Israël en mars 2011 avec l'intention d'y faire venir le groupe un jour où l'autre (ce qui ne s'est toujours pas produit). Pour ceux qui l'ignorent, le troisième bassiste le plus riche au monde est né à Haifa le 25 août 1949, soit un an après la création de cet état si controversé. A l'occasion de sa visite, il a exprimé son plus grand soutient à cette terre "plus forte et plus fière que jamais" et a qualifié d'"idiots" tous les artistes qui boycottent le pays (les Pixies, Roger Waters de Pink Floyds ou encore Elvis Costello en font partie). Je vous laisse le soin de chercher tous les articles rageux le traitant d'abominable sioniste...

Une fois Gene de retour d'Israël, le groupe s'attelle à l'enregistrement d'un nouvel album dont le nom est Monster. Gene précise que cet album sera une suite de Sonic Boom, une sorte de mélange entre Destroyer, Revenge et leur dernier opus avec "des chansons rock très directes, pas de ballades, pas de claviers, pas de rien (?), juste que du rock.". Le disque est entièrement enregistré en analogique, soit sur une cassette de 24 pistes et à l'aide d'une vieille table de mixage. Sa sortie, prévue pour l'automne 2011, est repoussée à octobre 2012. Entretemps, le groupe, qui n'a décidément jamais de répis, part pour le Lost Cities Tour, une série de concerts dans des villes des Etats-Unis et du Canada où ils ne se sont jamais rendues. S'ils pouvaient faire la même chose en France... Autrement, les singles du nouvel album sont Hell Or Hallelujah et Long Way Down. La réception de l'album est plutôt bonne puisque celui-ci débute en troisième position aux USA et en dixième position ailleurs.



Il y a trop de texte donc je vous mets la vidéo de Hell or Hallelujah

Comme de coutume, le groupe revint sur scène pour promouvoir leur nouvel opus avec le Monster of Rock Tour. En revanche, ce qui change, c'est qu'ils ne privilégièrent pas les USA mais l'Amérique Latine, l'Australie, puis l'Europe, où ils jouèrent aux côtés des Mötley Crüe et de Thin Lizzy. Autrement, vous croyez avoir déjà tout vu en matière de produits dérivés à l'effigie du groupe ? Eh bien détrompez-vous ! Non contents de posséder une chaine de resto, un coffeehouse, un cercueil, un parcours de mini golf (le KISS Monster mini golf), une urne funéraire, des BMW, une croisade (la KISS Kruise) et une brosse à dent qui chante I Wanna Rock N Roll All Nite, le groupe - du moins ses deux têtes pensantes - ont depuis 2013... leur propre équipe de football américain ! A quand le parc d'attraction ? L'hôtel ? Le salle de sport ? Pourquoi pas l'aéroport aussi, tant qu'on y est ? Plus sérieusement, leur équipe se nomme Los Angeles KISS (souvent abrégée en LA KISS), les membres y abordent fièrement un maillot à l'effigie du groupe, ont joué leur premier match contre les Cleveland Gladiators à San Diego (pour les nuls en géographie, une ville californienne) et ont eu droit à leur émission de téléréalité, 4th and Loud, qui retrace la formation et les débuts de l'équipe. Comme je suis mignonne, je vous mets un lien vers le premier épisode de la saison 1 (en anglais sans sous-titre, ça vous entraînera) : ICI.



Je serais curieuse de voir ce que donnerait un match avec Paul et Gene sur le terrain...


En main 2014, le groupe se lance (encore !) dans une tournée de 42 dates aux côtés de Def Leppard. Contrairement à ce que je croyais, le Freedom to Rock Tour n'est pas la première tournée à l'occasion de laquelle le quatuor a soutenu l'armée. En effet, au cours de celle-ci, un dollar par ticket a été reversé au Wounded Warrior Project, une organisation qui a pour but de venir en aide aux vétérans blessés lors ou après les attentats du 11 septembre 2001.



Intronisation



On y arrive enfin ! Après des années d'attente pour la KISS Army, le groupe est finalement introduit au Rock n Roll Hall of Fame le 10 avril 2014, et pas par n'importe qui puisque c'est Tom Morello de Rage Against The Machine qui se charge du discours d'intronisation. S'ils n'ont pas fait de performance à cette occasion, les quatre membres originaux se sont tout de même prèsentés ensembles pour le plus grand bonheur de tous les fans. Et là vous allez me dire : "et les autres membres de KISS ?" Eh bien rassurez-vous, Tom Morello n'a pas oublié de mentionner chacun d'entre eux, précisant qu'"ils ont tous été importants [...]" et "méritent un tonnerre d'applaudissements". A ce propos, ils étaient tous présents lors de la cérémonies (du moins ceux qui étaient encore vivants en 2014), même qu'ils ont eu le droit de s'asseoir aux côtés des quatre fondateurs du groupe à la KISS's table. Tous... sauf Vinnie Vincent. Ce dernier, qui évite les apparitions publiques depuis de nombreuses années, se trouvait-il malgré tout incognito dans le public ? Allez savoir...




Intronisation des quatre membres originaux de KISS au Rock n Roll Hall of Fame



Ace, Gene et Tom Morello


Malgré les éloges à leur sujet, aucun des autres membres n'a été intronisé, ce qui a provoqué la colère de Paul Stanley : "Je n'ai pas besoin du Rock n Roll Hall of Fame. Et s'il n'y a pas de réciprocité, je ne suis pas intéressé. [Pour] les Red Hot Chili Peppers, pratiquement tous les membres ont été introduits ; il en va de même avec les 175 membres de Grateful Dead. Les règles doivent s'appliquer à tout le monde."(source)

Bien qu'il soit allé à l'encontre de ses désirs, Joel Peresman, le président de l'organisation du Rock n Roll Hall of Fame, comprend son point de vue mais tempère : "ce qu'il n'a pas saisi, c'est qu'il y a certains actes qui sont nominés et introduits sur la base de la totalité de leur travail [...] Ce sont des groupes encore en évolution qui s'aventurent sur de nouveaux terrains. Avec KISS, il n'y avait pas une seule personne avec laquelle nous ayons discutée qui ne s'était pas dit que si on les introduisait, c'était pour les quatre membres originaux. [...] Vous avez à la base ces nouveaux membres qui répliquent exactement [les costumes] et jouent la musique qui a été créée par les deux autres membres qui sont intronisés. J'apprécie la façon dont Tommy et Eric ont officié et la manière dont ils font les choses [...] mais ce sont des répliques des deux autres membres qui sont introduits. Comment aurions-nous pu demander à Ace et Peter d'accepter la récompense et ensuite d'avoir d'autres gens dans leur costume jouer leur musique ? Ils ne seraient probablement même pas venus. Ils étaient clairs à propos de ça... [...]"(source : la même que précédemment). Nous savons à présent pour quelle raison le quatuor paré de ses deux membres nouveaux depuis plus de dix ans n'a pas fait de performance live...



Epilogue



Que s'est-il passé durant ces deux dernières années ? Je vais vous la faire courte car écrire cet article finit sincèrement par me casser les couilles (ou autre chose vu que je suis une fille). En 2015, le groupe réalise une collaboration avec un groupe d'idols japonaises (vous savez, ces gamines de 20 ans qui en paraissent 12, qui chantent des trucs gnan-gnans et inaudibles dans des décors qui piquent les yeux). La horde en question répond au doux nom de Momoiro Clover Z et la chanson s'intitule Yume no Ukiyo ni Saite Mi na (Try to Bloom in a Dream about the Floating World, en français Essaye de Faire Fleurir un Rêve sur le Monde Flottant, tout un programme). Je viens de regarder le clip et en fait cela s'avère plutôt stylé. C'est pourquoi, je tiens à m'excuser sur mes propos très méchants au sujet des idols (ou pas).

En septembre 2015, la RIAA (Recording Industry Association of America) a annoncé que KISS avait gagné plus de Disques d'or que n'importe quel autre groupe, ce qui ne m'étonne pas. En 2016, la bande se lance dans le fameux Freedom To Rock dont je vous ai déjà parlé précédemment. Pour finir, y aura-t-il un nouvel album ? Nul ne le sait, car à ce sujet, les membres se contredisent. Le Demon nous dit que oui, et qu'en plus il a de nouvelles chansons prêtes pour l'album tandis que Starchild et le nouveau Spaceman nous affirment que non, ils ne sont pas pressés de faire un autre disque et peuvent avancer sans nouvelle musique. Il faudrait savoir. C'est tout. Pour le moment.






Petits bonus


Comme je suis maso, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller vous dénicher ces publicités mettant en scène nos quatre héros. Enjoy.



KISS se prostitue auprès de Pepsi Cola. A en croire la tronche d'Ace Frehley, la pub doit dater de la fin des 90s'
Gene "Dr Love" Simmons fait du racolage auprès du chimiquement bon Dr Pepper


Et oui les enfants, si les KISS sont célèbres, c'est parce qu'ils ont bu du Coca Cola !





*Selon kissasylum.com, le groupe n'aurait jamais envisagé de s'appeler les FUCK. C'est Gene qui se plait à perpétuer cette rumeur. Paul, de son côté, n'en fait aucunement mention. A moins que celui-ci ait la mémoire courte...



Sources :

kissfaq.com (on sait tous que les forums sont gages de vérité et de pertinence, autrement je ne m'en servirais pas comme source)

RockHard né 125 "100% french kiss"

groups.google.com (je récidive avec les forums)

Probablement d'autres sources mais j'ai la flemme de les mettre